Argent dans le couple : 6 points de conflits identifiés

N’avez-vous jamais entendu dire que l’argent était une réelle source de conflits dans le couple ?

C’est bien dommage…

Il est essentiel de bien s’entendre avec son conjoint sur ce point pour construire une relation durable et pérenne. La difficulté, c’est que, dans un couple, il y a deux personnes, deux personnalités et par conséquent deux éducations parfois complètement opposées, que ce soit pour gérer un budget ou pour gérer un patrimoine.

En matière d’argent, je suis convaincu d’une chose, c’est de la nécessité de dialoguer sur le sujet. Chacun doit avoir connaissance des projets de l’autre, certains peuvent être directement réalisables et d’autres nécessiteront plus d’efforts.

La difficulté, mais aussi l’intérêt, c’est de réussir à trouver une convergence entre vos différents projets. Personne dans un couple ne doit avoir la sensation d’être brimé ou lésé, facile à dire me diriez-vous…

Le dialogue est là pour faire passer ses idées, parfois cela prendra du temps, mais quand l’idée est bonne pour tout le monde, avec une bonne argumentation, il ne devrait pas y avoir de souci.

 

6 points qui peuvent être source de problèmes dans le couple

 

1 : Ouvrir un compte-joint, oui, mais à condition de garder une relative indépendance

 

Aujourd’hui, dans notre société, il n’est plus question de tout mettre dans un pot commun. Nous aimons, hommes ou femmes, avoir une relative indépendance. C’est pourquoi, l’ouverture d’un compte-joint, doit se faire en complément et non pas en remplacement de vos comptes-courants respectifs.

Le compte-joint peut faire peur à certaines personnes, c’est la peur d’être vampirisé par l’autre, de perdre en indépendance et en liberté.

Le compte-joint est là pour vos dépenses communes, il faut qu’il soit alimenté de manière juste et équitable. C’est grâce au dialogue que vous trouverez où placer le curseur.

La peur de perdre en indépendance est souvent le premier frein à l’ouverture d’un tel compte, pourtant la vie à deux, nécessite, de fait, de partager certaines dépenses. Hors de question de faire subir à son conjoint une charge plus importante.

Les questions à se poser : combien faudra-t-il d’argent pour l’alimenter ? Quelles sont les dépenses communes (dépenses à identifier et à estimer) ?

2 : Comment partager ? Doit-on alimenter à part égale le compte-commun ?

 

Il serait aisé de dire qu’il faut diviser par deux les dépenses. Seulement, rare sont dans un couple les personnes qui ont les mêmes revenus.

Cette méthode n’est pas viable, il faut une certaine proportionnalité. Vous acceptez de vivre à deux, il faut donc accepter, quand l’un des deux gagne plus, avoir une contribution supérieure, proportionnelle, aux charges collectives. Si cette règle n’est pas appliquée, la frustration peut être grande chez la personne qui fournira le plus d’effort.

Attention ici au ressenti, ce n’est pas parce que vous donner plus, que c’est vous qui faites le plus d’effort.

 

3 : Il ou elle a un train de vie supérieure à vos moyens

 

C’est un exemple problématique. En effet, comment faire pour avoir un budget sain quand l’un des deux dépense l’argent que vous n’avez pas ? Comment faire pour anticiper l’avenir si votre conjoint ne s’y intéresse pas ?

Comment faire pour s’en sortir ?

Tout d’abord, ce n’est pas un scoop, vous avez certainement connu votre conjoint comme çà et vous l’avez accepté. Seulement, aujourd’hui, vous vivez ensemble et bien souvent, vous êtes dans une situation compliquée ou dans une situation budgétaire que vous souhaiteriez plus sereine (avoir par exemple une épargne de précaution, un budget pour changer de voiture ou pour préparer un beau voyage).

Si votre conjoint est adepte des crédits à la consommation, la situation ne pourra que s’aggraver.

Il n’y a pas d’autre choix que de dialoguer et de mettre en place un budget qui pourrait satisfaire les deux partis. Il n’y a pas d’autre choix que de se mettre autour d’une table, de discuter et de trouver une solution.

C’est une situation complexe qui nécessitera parfois, dans des cas extrêmes, l’intervention d’un tiers ou d’un médiateur.

 

4 : Vous êtes seul à gérer le budget, et il ou elle vous le reproche

 

Si pour de nombreux couples, cette situation est confortable, il arrive parfois, s’il n’y a aucun dialogue sur cette thématique, que le gestionnaire soit fatigué de tout devoir gérer et que le conjoint soit frustré de ne pas pouvoir arbitrer les dépenses.

Pourtant, souvent, dans un couple, il y a une seule personne qui gère le budget.

Cette personne que se soit vous ou votre conjoint le fait soit par nécessité, soit par intérêt pour la finance.

La solution, elle, est très simple, c’est de signaler à votre conjoint les dépenses collectives, leurs montants. Vous pouvez même aller plus loin, ensemble, pour définir quelles sont les charges que vous pouvez réduire et épargner cet argent pour un projet commun.

Vous êtes peut-être seul à gérer le budget, mais ce travail reste un travail d’équipe.

 

5 : Vous avez de grands projets d’investissements, mais votre conjoint a du mal à en comprendre l’intérêt et continue à dépenser l’argent (futilement) que vous aimeriez investir.

 

Votre conjoint n’a pas reçu la même éducation que vous et n’a pas le même rapport à l’argent.

Souvent, investir, sauf à posséder déjà suffisamment d’argent, nécessite de faire des économies. Ce constat est parfois difficile à faire passer (votre conjoint n’a pas forcément les mêmes souhaits que vous et ne comprendra pas au premier abord où vous voulez en venir, le sentiment sera celui d’une privation alors que vous, vous verrez une rationalisation des dépenses pour un avenir meilleur).

C’est un réel frein à une ambition qui vise à accroître le patrimoine collectif.

Le croirez-vous ? Ce frein est également une chance pour vous…

Avoir un conjoint sceptique devra faire de vous un véritable investisseur. Votre projet, pour qu’il y adhère devra être bien ficelé et argumenté. Il devra prendre en compte un grand nombre de paramètres, à savoir, est-ce que vous êtes suffisamment motivé pour mener votre projet, êtes-vous capable de lui donner un sens, une direction ?

Quelle est la finalité d’un tel investissement ? ect.

Peut-être faudra-t-il y aller à « pas de velours » au début, pour apprendre et se faire la main.

Il est plus facile d’apprendre des petites erreurs pour avoir par la suite de beaux succès.

Vous verrez, souvent votre conjoint finira par vous comprendre, car en discutant, vous trouverez les mots et par vos actes, vous prouverez votre motivation.

 

6 : Que faire avec un conjoint radin ?

 

Votre conjoint est radin, vous le pensiez économe, mais en fait « il a des oursins au fond des poches ».

Dans un couple, c’est un réel problème, limite supportable pour celui ou celle qui le subit.

L’avarice est une pathologie qu’il faudra absolument chercher à soigner. L’avare cherche à se sécuriser en accumulant de l’argent, il n’y a rien à comprendre à cette démarche. Il a le sentiment de maîtriser l’argent, d’ailleurs, c’est peut-être la seule chose qu’il a le sentiment de maîtriser. Il ne se rend pas toujours compte de son problème et de ses souffrances.

Un sujet délicat à traiter, n’y laissez pas toute votre énergie, n’hésitez pas à en discuter et à solliciter l’aide d’un spécialiste.

 

L’argent dans le couple est et restera un sujet sensible. On ne peut pas toujours être sur la même longueur d’onde, c’est bien normal. Par contre, il est tout à fait possible d’avoir une certaine harmonie sur les principaux projets de vie.

Ce qu’il ne faut pas, c’est arriver à des situations extrêmes qui deviennent invivables.

J’ai ici voulu identifier 6 causes potentielles de problèmes au sein d’un couple.

Parfois le plus dur, c’est simplement d’identifier le problème pour que la solution apparaisse d’elle-même.

N’oublions pas qu’un couple, ce sont deux personnes qui se rencontrent. Les projets personnels, si l’on veut faire un bout de chemin à deux devront faire l’objet de concessions et / ou d’adaptations.

Pas question de remettre complètement sa personnalité en cause, il faut juste trouver l’équilibre qui permettra de faire, à deux, ce que l’on pensait faire seul et de découvrir d’autres centres d’intérêt que les siens.

C’est valable dans une rencontre récente, mais aussi quand l’on a déjà quelques années de vie commune.

Vous voulez en lire davantage :

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPrint this pageEmail this to someone

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

12 thoughts on “Argent dans le couple : 6 points de conflits identifiés”

  1. Salut Arnaud
    Voici un sujet fort intéressant que tu évoque. Bien n’étant pas encore marié, je trouve que l’argent est un sujet important dans un Couple…….
    Déja un compte commun tout en gardant les compte personnels est une bonne solution. Pour moi, les couple doivent prendre en compte les revenus personnel et fixer le montant fixe à louer au compte commun tout en respectant les salaire ce chacun. Pour dire que si dans un couple le salaire moyen des deux est de 2500€, ils pourraient décider de milles euro.
    L’éducation financière peut être intégré dans un couple même quand on sais qu’on vient de loin.
    Qu’en penses-tu?
    Nathanael
    Nathanael Articles récents..Peut-on gagner de l’argent sur le forex ?My Profile

  2. Bonjour,

    Comme le dit Nathanaël, la formule pour éviter les conflits qui peuvent être grave (séparation ou divorce)
    Un compte joint dans lequel il y a le crédit sur le logement, les dépenses pour les enfants, les impôts, les charges de la résidence principale et les travaux éventuels
    Puis, chacun un compte individuel dans lequel on est libre de dépenser ce que l’on veut
    Il faut donc prévoir de faire un virement automatique mensuel et au prorata des salaires de chacun.
    Moi, j’ai la chance que ma femme ne soit pas dépensière et je le suis pas non plus, donc tout va bien.

    Alex
    Alex de la bourse à LT Articles récents..[Vente] – 5,78% sur le titre SanofiMy Profile

    1. @ Alex

      Comme toi je ne suis pas trop dépensier et ma femme non plus.
      C’est important d’être sur la même longueur d’onde et plus facile au quotidien. Les motivations peuvent pourtant être différentes.

      Personnellement, j’économise pour investir, pour apprendre et comprendre le monde de la finance et de l’immobilier. Ma femme me suit dans mes projets, elle sait que c’est constructif pour le couple, pour la famille, mais le sujet ne la passionne pas. D’où l’importance de communiquer sur ses objectifs et de donner du sens à son épargne.

  3. Salut Arnaud,

    article passionnant, je me retrouve totalement dans le point n°5.

    Je me dis que la seule solution c’est que je fasse toute la prospection d’investissement, (Dans l’immobilier) que je monte un dossier bien ficeler et que je lui prouver par A+B que cela ne pourra qu’être bénéfique et enrichissant pour notre futur. Mais c’est vraiment pas facile au quotidien.

    Pour ma part mon amie est toujours sur la défensive quand il s’agit de parler d’argent, et son éducation financière n’est pas une base très stable pour moi. Elle a été beaucoup privée étant jeune par ces parents, donc maintenant c’est très dur de lui demander de ce privé et de ne pas dépenser l’argent pour des choses qui à mon sens sont superflu. (Déco, vêtements)

    Mais j’y travaille, même si c’est très compliqué.

    1. @ Nicolas

      Il ne s’agit pas de modifier le comportement de ton amie.
      Regarde déjà ce que tu peux faire de ton côté et épargne.

      Concernant un éventuel investissement (immobilier), il est possible grâce au crédit (attention, le projet doit-être bien ficelé) d’acheter sans avoir forcément d’épargne.
      C’est ce que je fais pour mes garages.

  4. Ha, le compte-joint…je m’y suis brûlé les doigts quand j’étais avec mon ex’ ! Faut dire qu’on étais pas très matures tous les deux avec l’argent à l’époque…c’est moi qui gérais le compte-joint, et j’ai fait pas mal de conneries qui nous ont coûté une interdiction bancaire a tous les deux et un harcellement de la banque et au final, Papa qui a dû jouer les pompiers de service. 😕

    J’ai écris un article sur mon blog, où je donne ma vision des choses, c’est ici :
    http://lc.cx/hJN 😉
    Cedric Articles récents..Carnaval d’articles : « comment survivre au crash économique qui vient? »My Profile

    1. @ Cédric

      J’espère que tes nouvelles expériences seront plus fructueuses. Un compte-joint (pour les charges communes) est un outil particulièrement pratique.

  5. Merci beaucoup pour l’article. De mon côté, je pense que le mieux à faire c’est d’organiser ensemble le budget, comme par exemple
    vous savez déjà le montant de vos dépenses mensuelles (charges fixes et variables.), avec ça, vous pouvez savoir aisément combien mettre de côté (ce n’est pas une décision individuelle). L’avantage de cette petite organisation c’est que vous pourrez dépenser sans craindre de vous retrouver dans le rouge ou de recevoir un appel ennuyeux de la part de votre banquier

  6. Super Article Arnaud!

    Je me retrouve complètement dans le point numéro 3. je suis du genre à dépenser le moins possible pour épargner un maximum. Mais mon amie ne calcule pas beaucoup. (C’est moi qui fait les comptes). Et je ne souhaite pas lui dire tout les 3 jours , c’est quoi cette dépenses? c’est pourquoi faire? etc… Ça lui tape sur les nerfs et elle à bien raison. Elle a plutot une vision à court terme. Je me dépatouille comme je peux pour mettre des choses en place mais c’est loin d’être simple.

    L’argent est un sujet épineux au sain du couple.

    Au jour d’aujourd’hui c’est mon plus gros frein d’enrichissement.

    Il faut donc mettre des choses en place, faut pas lâcher et surtout dialoguer.

    1. @ David

      Hum, l’argent dans le couple, bien souvent et trop souvent un sujet difficile à aborder. Les clés, du dialogue et un équilibre consenti entre les deux partis avec une juste répartition des charges. Trouver un équilibre entre des projets communs et personnels, il ne faut léser personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge