Bourse : êtes vous un investisseur téméraire ou tremblant ?

 

Vous cherchez à être indépendant financièrement ? A gagner de l’argent en bourse ? A être informer, devenir un connaisseur ou vous perfectionner dans le domaine financier ?

J’ai un livre pour vous, qui est plus un guide de placements, pour vous aidez à une prise de décision en connaissance de cause.

Ce livre c’est  Argentissime  écrit par Nathalie COT et François DE WITT. Je le trouve indispensable dans ma bibliothèque, c’est un peu ma bible de la finance, et lorsque je dois faire des choix financiers, j’aime bien me replonger dans quelques chapitres pour me remémorer les mécanismes et me conforter dans mes choix.

C’est une aide précieuse.

 

Mon article est directement inspiré de ce livre.

Le thème abordé ici est plus psychologique qu’économique, et vous allez vite comprendre pourquoi.

 

La bourse et  l’argent, pour beaucoup d’entre nous, procurent des sensations, des émotions, diverses et variées.

L’idéal étant d’avoir un détachement quasi-total de l’argent que l’on investit. Pas ou peu d’émotions, c’est garder la tête froide pour faire les bons choix.

 

Êtes vous un investisseur téméraire ou tremblant ?

 

investisseur téméraire ou tremblant
 

Connaissez vous André KOSTOLANY (1906 – 1999) ? C’était un expert en finance et plus particulièrement en bourse. Il a expérimenté plusieurs stratégies, fait fortune et plusieurs fois ruiné pour enfin refaire fortune. C’est un spécialiste boursier qui a spéculé principalement en France et en Allemagne.

Il a écrit des chroniques percutantes dans des magazines Allemands. Dans les années 60, son livre André Kostolany. Si la Bourse m’était contée : . Avec la collaboration de Françoise Roussel a connu un véritable succès.

Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est l’analyse qu’il fait des personnes qui spéculent ou investissent en bourse.

 

Pour lui, il y a les tremblants et les téméraires.

 

Les Tremblants : ce sont ces personnes qui ont peurs, elles investissent quand les cours montent, ce qui parfois provoque un excès non compréhensible du cours de bourse ou de l’indice.

Les Téméraires :  Sont ces personnes qui, quand les cours grimpent en profitent pour s’alléger.

Quand le marché se replie, les tremblants ( les investisseurs individuels, les petits porteurs) vendent, ce qui accentue d’autant le retournement, alors que les téméraires, eux, ont encore des liquidités et achètent en masse dans ces périodes de tourmentes.

André KOSTOLANY estime que 90 à 95 % des investisseurs sont des tremblants.

Je dois avouer que mon expérience me fait penser qu’il a raison. Il suffit de discuter autour de soi pour s’apercevoir que les gens se comportent souvent de cette manière.

 

André KOSTOLANY nous propose un portrait type de l’investisseur téméraire : 

 

Pour lui, ce dernier doit avoir quatre qualités :

 

  1. Le téméraire doit avoir ses propres idées, ses propres convictions.
  2. Il doit avoir confiance en elles. Ses idées doivent être réfléchies, mûries. Pas de place à l’hésitation ou au flottement.
  3. Ensuite, vient le temps de l’attente, de la patience, et du sang-froid, jusqu’au moment où M.Marché lui donnera raison.
  4. La dernière condition est également très importante, le téméraire doit posséder suffisamment de liquidités pour pouvoir investir lors des retournements, et avoir suffisamment d’argent pour se permettre d’attendre.

Si l’une de ces qualités vous fait défaut vous êtes relégué au niveau des tremblants.

 

Dans quel camp êtes-vous ?

Je dois vous dire, qu’à la lecture de cette théorie, je me situe encore dans le camp des tremblants, je pense pouvoir valider les 3 premières qualités mais pas la dernière.

Pour l’instant mes liquidités sont trop faibles pour pouvoir bénéficier de l’effet de levier qu’offre un retournement de la bourse.

Cependant, c’est quelque chose que je travaille mois après mois en me constituant un capital, qui le moment venu pourra être investi en bourse, ou peut-être en immobilier.

Livre disponible :

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPrint this pageEmail this to someone

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

6 thoughts on “Bourse : êtes vous un investisseur téméraire ou tremblant ?”

  1. Salut Arnaud,

    Pour les mêmes raisons que toi je pense que je suis plutôt un tremblant aussi encore à cause de la quatrième qualité qui n’est pas satisfaite.

    Il me semble que la troisième qualité semble facile ou évidente et malheureusement c’est peut-être la plus perverte et celle qui demande une forte discipline et une importante maitrise de soi. C’est certainement aussi la plus difficile à mesurer pour être vraiment objectif…

    Ben

  2. Bonjour Arnaud,
    Tu me donnes envie d’acheter ce livre que je ne connaissais pas, et pour répondre à ta question, plutot téméraire! meme si je pense aussi faire partie des tremblants, en fait tout dépend de l’action, j’en ai une à forte volatilité qui me pousse à être téméraire 😉

  3. Approche intéressante.
    Il me semble y avoir une majorité de tremblant, ce qui explique la mauvaise presse qu’à la bourse.

    Perso, je ne me voit ni dans l’un ni dans l’autre.
    J’achète lorsque le moment est propice pour moi : je suis mon étape d’execution, par exemple, si mon AV atteint X€, les Y€ suivants seront investis en action.
    Pour le choix de l’action, je reprend ma liste d’action cible, refait un tour de vérification afin de vérifier que les critères sont toujours bon, et achète l’action qui est le plus bas par rapport à son cours « idéal ».
    Le but est de maximiser le nombre d’actions pour un montant donné.

    Quand à la revente, temps que l’entreprise se porte bien, je ne me pose pas cette question.
    Si l’avenir de l’entreprise semble mauvais, là je ne me pose pas de question non plus, je vend.
    Pour rappel mon approche est dividende, l’action n’est que le support du dividende, le cours est donc secondaire par rapport à l’entreprise, son avenir, et sa politique actionnariale.

  4. Ca peut aussi justifier l’intérêt d’une stratégie long terme plus que quotidienne (trading) : nos émotions nous jouent moins des tours, et même un tremblant peut rester serein en cas de difficultés s’il investit sur des valeurs en lesquelles il croit. Tandis que sur du court terme, la volatilité d’un cours fait celle des émotions

  5. Étant moi même Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant depuis 8 ans maintenant, je peux vous dire que parmi mes clients au moins 9 sur 10 sont des « tremblants ».
    Difficile de dire si c’est quelque chose de généralisé, mais à mon sens les téméraires sont plutôt rares…

    Sans doute la faute à un manque d’éducation financière en France. A quand des cours d’économie au collège ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge