Investir en bourse : est-ce le bon moment ?

A la question, est-ce le bon moment pour investir en bourse ?, quelle réponse puis-je vous apporter ?

De plus en plus de lecteurs se posent la question de savoir, si aujourd’hui, il est encore temps de se lancer en bourse et d’acheter des actions. Question légitime quand l’on voit l’envolée du marché boursier européen depuis le début de l’année et de l’optimisme ambiant.
J’ai tout de suite envie de vous refroidir, il faut arrêter de croire que le marché va croître indéfiniment…, mais il ne faut pas se fermer la porte et tourner le dos à un investissement au combien intéressant et devant être un pilier incontournable dans la gestion et la diversification d’un patrimoine.

 

Quelle réponse vais-je vous apporter ?

  1.  Il est toujours temps d’investir et de prendre date sur les différents produits (Pea et assurance-vie). Seulement, la prudence est de mise et aujourd’hui, pour se lancer, il faut éviter toute prise de risque démesurée. Croire que le marché va baisser est une erreur, mais croire que ce dernier va continuer de croître indéfiniment est une erreur bien plus grande.
  2. Aujourd’hui, il est temps de se poser les bonnes questions : investir pour quel objectif et pour quelle durée ? Si c’est pour se faire de l’argent rapidement, vous allez droit dans le mur. Si c’est pour diversifier et vous créer un patrimoine financier, l’idée est déjà bien meilleure, votre horizon de placement est déjà bien plus long. C’est sur le long terme que la bourse devient intéressante.
  3. L’idée n’est pas de dire qu’il faut s’interdire d’investir. Pour une personne qui souhaite débuter sur le marché action, il ne faut pas le faire de manière massive. Au contraire, il faut y aller très progressivement (tous les trimestres ou tous les semestres). La bourse est une affaire de patience.

 

Pourquoi faut-il commencer à se méfier ?

 

  1. Il faut se méfier, le retour des particuliers « Français » et « européens » commence à se voir dans les chiffres. Historiquement, ces derniers arrivent toujours quand le marché est prêt de son plus haut, traduisez, quand il est trop tard. Je ne sais pas si la bourse est au plus haut (personne ne le sait) mais la prudence est ici de mise.
  2. Le chiffre d’affaires des courtiers connaît depuis le début de l’année de bons résultats, c’est aussi pour moi un signe de méfiance. Cela signifie que de plus en plus de personnes sont en confiances et se sentent capables de battre le marché (alors attention à l’excès d’optimisme). Ces chiffres, je les ai régulièrement dans la newsletter de mon courtier en ligne.
  3. Quand l’optimisme est trop grand, aussi bien de la part des particuliers que des investisseurs institutionnels, il faut sérieusement se poser les bonnes questions. Bien souvent, c’est pendant cette période que les meilleurs investisseurs commencent à lever le pied de manière progressive.
  4. Quand la presse commence à signaler que l’on touche les plus hauts points et que l’on commence à battre des records, il faut là encore investir avec prudence et discernement, le retournement du marché n’est pas loin.
  5. Quand votre voisin ou votre garagiste commence à avoir de « bons tuyaux » sur certaines valeurs alors qu’il y a encore un an ces derniers ne savaient pas ce qu’était le CAC 40, le risque est ici maximum.

 

Dans ce contexte, comment est-ce que je décide de gérer mon portefeuille ?

 

  1. J’ai recommencé à investir en 2012, le contexte était favorable et j’ai bien profité de la hausse des marchés.
  2. Je suis encore très investi en actions, 50 % sur mon contrat d’assurance-vie Fortunéo et à 88 % sur mon PEA Binck. Sur mon assurance-vie, j’ai décidé d’arbitrer en début d’année en ayant un profil plus prudent. Concernant mon PEA, j’ai fait le choix d’investir d’une manière relativement passive, j’ai sélectionné des valeurs pour les conserver des dizaines d’années. Quand j’achète, je ne revends pas ou rarement, je profite de la hausse des cours et des dividendes. Je ne suis pas un professionnel de la bourse, c’est d’après mes lectures et mon expérience la meilleure approche possible et à avoir.
  3. Dans ce contexte où le marché est bien valorisé et où j’ai pu bien en profiter, mon objectif est maintenant de faire le plein de liquidités pour racheter à bon compte lors de la prochaine correction ou lors de la prochaine crise qui arrivera inévitablement des actions à un prix très convenable.
  4. Dans un premier temps, ma ligne de conduite est de faire passer mes liquidités de 12 % à 50 % sur mon Pea. Pour y parvenir, je continue à économiser tous les mois environ 15 à 20 % de mon salaire. Tous les dividendes que je touche sont, selon le cas, placés en liquidités ou réinvestis en actions selon les options proposées (souvent, on nous propose des actions à un prix inférieur à celui pratiqué sur le marché (intéressant)).

 

Est-ce le moment d’investir en bourse ?

J’espère avoir répondu aux interrogations des lecteurs. Ce n’est, bien sûr, pas, une question simple et la réponse ne peut pas l’être.
La bourse est un sujet passionnant, mais, il faut savoir garder raison et avoir une stratégie claire. Ne pas toujours changer d’avis est ici un atout indéniable.
La gestion passive et dans le temps est souvent la meilleure solution.
Vous avez maintenant le choix. Si j’avais un seul conseil, je le répète à l’envie, investissez sur la durée et régulièrement.

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPrint this pageEmail this to someone

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

27 thoughts on “Investir en bourse : est-ce le bon moment ?”

  1. Le « market timing » est une chose extrêmement difficile à réaliser, je préfère avoir une allocation fixe et rebalancer régulièrement le portefeuille pour la respecter au mieux.
    Par exemple, je suis à 70% actions, qu’il vente où qu’il neige, si la part actions monte trop par rapport à l’allocation definie, je l’allege pour renforcer le fonds euro, si elle chute, j’allege le fonds euro pour renforcer les actions, ce qui me fait automatiquement vendre ce qui ewt cher, et acheter ce qui ne l’est pas….

  2. Bonjour,

    Mon ressenti est que je ne vois pas d’euphorie généralisé. Ton cinquième point dans « Pourquoi faut-il commencer à s’en méfier ? » n’est pas encore acté. Par contre, ce qui m’inquiète est que le consensus se base sur des espoirs de croissance en Europe et la robustesse de l’économie US. Malheureusement, il se trompe souvent dans le mauvais sens.

    En termes d’allocation d’actifs, détenir un portefeuille actions pour un horizon d’investissement long terme est primordiale pour constituer sa propre retraite à condition d’investir progressivement dans des creux de marché, voir durant les krachs.

    Cordialement.
    Sovanna Sek Articles récents..Cassons les idées reçues sur la BourseMy Profile

  3. En ce moment, sur la bourse, il y a 2 écoles.
    Celles qui envisagent un retournement prochain, justement pour quelques unes des raisons que tu évoquent.
    D’autres pensent que la reprise de l’économie permettra de soutenir le marché et que donc les actions vont encore monter.

    Perso, je trouve les cours très (trop) élevé. Je fais donc une pause. (surtout que je suis sur d’autre sujet! ^^)
    Néanmoins mon virement automatique continue d’envoyer de l’argent vers mes fonds UC en assurance vie!

  4. Bonjour,

    Finalement investir en bourse, c’est acheter des parts d’entreprises. Si les entreprises sont en bonne santé financière, trouvent des nouveaux marchés, se développent, recrutent… Il n’y a pas de raison pour dire « ce n’est pas le bon moment », ni « c’est le moment ».

    Marché baissier, marché haussier, il y a toujours des entreprises sous-valorisées… Il suffit de bien chercher !

    Cordialement,

    Nicolas @ Objectif10%

  5. Bonsoir à tous.
    Perso, j’ai tenté l’aventure mais j’ai tout revendu il y a peu. Je ne peux m’empêcher de buter sur la remarque qui ressort sous d’autres formes dans des blogs ou des forums aussi sérieux qu’ici:
    « Celles qui envisagent un retournement prochain, justement pour quelques unes des raisons que tu évoquent.
    D’autres pensent que la reprise de l’économie permettra de soutenir le marché et que donc les actions vont encore monter. »
    En gros, c’est le flou… Et puis, comme tu le dis si justement, il faut avoir « envie »!

  6. Rebonjour,

    On ne base pas ses investissements ou son trading sur l’opinion des blogs et journaux et professionnels. La plupart n’y connaissent rien et, de toute façon, n’ont pas le même horizon d’investissement que soi.

    En bourse il faut avoir une stratégie et s’y tenir. Et si elle n’est pas bonne, il faut en changer.

    La bourse est une affaire de proba. On cherche les valeurs qui ont le plus de chance de monter et on limite les risques.

    Il y a une classe particulière d’actions qui présentent peu de risque. J’en achèterais aujourd’hui et si elle baissaient, j’en rachèterais.

    Autre chose : je recherche (grâce à mes outils) les valeurs qui montent et je ne joue que sur celles-ci. En cas de retournement de marché, mes outils le voient (notamment le 2K ou le Filtre) et je décide de sortir ou attendre pour racheter à bon compte (cela dépend du profil de la valeur).

    En gros, il faut surfer sur les vagues et sortir au bon moment : ni avant, ni après.
    Michel de Trading-Attitude Articles récents..Le pyramidage pour tripler vos gains en bourseMy Profile

    1. Bonsoir,

      Je me suis abonné à « Mieux vivre votre argent » en espérant suivre leurs conseils pour débuter en bourse. Ce serait une erreur selon vous ?

      1. @ Guillaume

        Les conseils de ce magazine sont souvent intéressants et permettent de se faire une idée précise sur une valeur et sur la manière de diversifier son patrimoine ou son portefeuille. Cependant, le choix d’une action doit se faire de façon indépendante.

    1. @ Grego

      Regarde bien les indices par exemple, le DAX (il inclut les dividendes réinvestis tout comme le CAC 40 GR qui lui aussi est à son plus haut historique).
      Ma source : Wikipédia tout simplement…

    1. @ Argentonic

      Dans un marché haussier, c’est normal que cela marche…
      Depuis combien de temps as-tu ouvert ton portefeuille ?

  7. Les marchés n’ont pas besoin d’être survalorisés pour s’ effondrer, tout comme un marché sous-valorisé peut le rester longtemps, chercher à « timer » le marché est une perte de temps.
    Chercher un bon point d’entrée si vous avez une grosse somme à investir en « one shot », pourquoi pas… (quoique..)
    Mais pour quelqu’un cherchant à investir un flux régulier d’épargne sur une longue période, c’est tout simplement contre-productif:sur le long terme,mieux vaut subir un krasch que de louper une bulle!

  8. Salut Arnaud,
    Présentement, si tu investis sur un tracker de marché, c’est probablement un mauvais timing car les marchés sont assez chers. Par contre, si comme moi, tu investis dans des titres individuels, il n’y a jamais de mauvais moment pour investir, en autant que les fondamentaux et les perspectives de croissance sont solides.
    Martin l’investisseur autonome Articles récents..Rapport sur 6 ans et 142 jours du portefeuille modèle MCA Partenaires CanadienMy Profile

    1. @ Martin

      J’ai une mauvaise expérience d’un tracker, je ne suis investis, sur mon PEA, que dans des titres « individuels ».
      Dans mon contrat d’assurance-vie, je suis investis dans des fonds actions.

  9. Peu importe le marché, il s’agit d’acheter à condition qu’il y ait une marge de sécurité. C’est le point le plus important.

    J’ai l’impression de lire des apprentis sorciers.
    Un investissement, que ce soit en bourse, en immobilier ou sur leboncoin. Il est important de savoir mettre un prix sur une valeur (c’est pour cela que Buffett incite les gens à investir dans de l’indiciel ou tracker diversifié, car le stock picking nécessite une méthode d’évaluation des entreprises).
    La 2e étape, c’est payer beaucoup moins cher que le prix estimé sur la valeur.

    Après si vous surpayez des biens et que vous dormez bien la nuit. Eh bien tant mieux pour vous.
    Personnellement surpayer un bien, c’est spéculer que demain ce bien sera encore plus surévalué. Mais la musique peut s’arreter à n’importe quel moment.

    C’est lorsque la marée se retire que nous voyons qui nageait cul nu, et ce n’est pas beau à voir. (regardez la spéculation boursière sur les marchés asiatique)

  10. Il est clair qu’il faut avant tout se poser les bonnes questions avant même de rentrer dans tous ces détails. Certains par exemple ne se forment que quelques jours avant de débuter en bourse alors qu’ils veulent en faire un revenu régulier alors que d’autres se forment à outrance alors qu’il ne considèrent le trading seulement comme une seconde source de revenue…

  11. Salut

    Je suis de l’avis de Cyril et Michel. Je pense que le marché est trop haut actuellement pour acheter à bon prix. En plus du quantitative easing qui se terminera en septembre.

    Du coup j’ai vendu toutes mes actions européennes et j’attend septembre ou janvier 2016 une grosse baisse où je pourrais « buy and hold »…

    Un investissement se fait à l’achat, du coup en ce moment si c’est pour acheter et garder c’est peut-être pas le meilleur moment, surtout avant l’arrivée des vacances d’été…

    Au plaisir de vous lire,

    Benoit

  12. Disons que le principal obstacle de l’investisseur, c’est lui même.
    Si vous ne parvenez pas à valoriser une entreprise, du moins grossièrement. Ou si vous ne la comprenez pas bien. Vous risquez de vendre la panique et acheter l’euphorie.
    Au même titre, pourquoi j’investis en bourse ? Aurai-je besoin de cet argent à CT, MT et LT ?
    Ca peut sembler anondin, car c’est ce que je pensais au début quand j’ai débuté en bourse. Maintenant avec le recul, je me dis que j’ai eu de la chance d’avoir débuté dans un marché haussier où n’importe quoi monte, peu importe les fondamentaux.

  13. J’aimerais bien commencer à investir en bourse. Cependant, le fait de perdre de l’argent me fait peur, mais je pense que c’est un risque à prendre.

  14. L’arrivée des courtiers en ligne il y a dix ans en France a permis au commun des mortels d’accéder plus facilement à la Bourse. quel Que soit leur profil d’investisseur : boursicoteur occasionnel ou trader aguerri. Aujourd’hui. des tarifications différente ont été mises en place en fonction des typologies de clients. Les courtiers en ligne, devenus banquiers pour certains d’entre eux, font d’ailleurs preuve d’une grande ingéniosité dans ce domaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge