Peur et cupidité

Au moment où j’écris ces lignes, il est 21h26, je suis confortablement installé dans mon lit en train de lire sur mon Kindle« Père riche, Père pauvre : Devenir riche ne s’apprend pas à l’école ! » de Robert T Kiyosaki.
Je lis la version anglaise dont j’ai entendu dire beaucoup plus de bien que la traduction française.

 

Pourquoi je m’arrête dans ma lecture, alors que ce soir, je m’étais dit, suite à une panne internet, que je ne me consacrerai pas à mon blog.

J’aime bien animer mon blog et écrire des articles. Ce soir, il fallait que je vous fasse partager un passage du livre qui a à mon sens énormément d’importance si l’on souhaite se sentir plus libre, plus indépendant et surtout ne plus avoir peur du lendemain.

Peut-être avait vous déjà entendu parler d’une expression anglaise « Fear and Greed » (Peur et cupidité, avidité). Dans le livre de Robert T Kiyosaki, nous y trouvons une définition qui m’interpelle.
Voici une traduction personnelle, mon niveau d’anglais est rudimentaire, mais je m’essaye quand même.

« Tout le monde à un prix. Les gens ont un prix parce que nous avons des émotions, la peur et la cupidité.

Premièrement, la peur d’être sans argent nous motive à travailler dur, et à attendre notre salaire,

Deuxièmement, la cupidité, nous fait réfléchir à tout ce dont on pourra s’offrir avec cet argent. »
« Se lever le matin, aller travailler, payer ses factures, se lever le matin, aller travailler, payer ses factures etc…, la vie est conduite par ces deux émotions, la peur et la cupidité. Si on gagne plus d’argent, le cycle continue et on augmente nos dépenses. »
C’est ce que l’on nomme la « Rat Race ».

Je n’aime pas trop ce terme qui englobe la majorité des personnes. Ce terme est violent de sens et à l’oreille. C’est peut-être parce que j’en fais partie. Même, si depuis plusieurs mois, mon état d’esprit a fortement changé.
En effet, j’ai un travail, un salaire, des factures etc…, la nuance c’est que je n’augmente plus mes dépenses quand mon salaire augmente. Je les ai même diminuées.

La question que l’on doit se poser : y a-t-il un autre chemin ? Pouvons-nous faire autrement ?

Ce soir la réflexion que je partage avec vous, m’amène à me poser cette question, y a-t-il un autre chemin ?
Évidemment oui. A nous de le chercher et de le trouver.

Je lance des pistes dans ma vie et sur mon blog, nous ne devons pas travailler pour l’argent, mais faire travailler l’argent pour nous. C’est facile à dire, mais beaucoup plus difficile à faire.
Pour réussir dans cette démarche, il faut continuer à étudier. L’argent, ça s’apprend et ce n’est pas votre conseiller en banque qui va vous expliquer comment ça fonctionne. Il ne le sait peut-être pas lui-même.
Les exemples qui me viennent à l’esprit, c’est le Pea binck que je suis en train de me constituer avec des valeurs de rendement. C’est mon blog et son commencement de monétisation. C’est mon assurance-vie sur laquelle je fais l’effort d’épargner et d’investir. C’est également un premier projet immobilier (locatif) qui se dessine.

 

Pour vous, c’est quoi la « Rat Race » ? Ce terme n’est-il pas trop violent ? Peut-on sortir de ce cycle travail, salaire, dépenses en étant salarié ? (paradoxalement, je pense que oui). Rien ne vous empêche de créer une activité à côté de votre activité, l’écriture d’un livre, investir dans l’immobilier, monter sa société…

 

Ps : Je suis à la deuxième lecture de ce livre, je vous le recommande chaudement, il vous apportera indéniablement des pistes de réflexions dans votre vie et un autre regard sur l’argent.

Si vous avez plaisir à lire mon blog, vous pouvez acheter se livre en passant par mes liens d’affiliations pour lesquels je perçois une rémunération, ce budget me permet d’acheter d’autres livres.

« Père riche, Père pauvre : Devenir riche ne s’apprend pas à l’école !« 

 

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPrint this pageEmail this to someone

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

11 thoughts on “Peur et cupidité”

  1. @ Mathieu

    Comme toi, je souhaite ne plus dépendre de mon seul salaire.
    Pour cette raison, j’investis et je cherche en permanence de nouvelles opportunités.

  2. Perso, je veux juste que mon salaire devienne un simple revenu parmi d’autre, et qu’il ne représente pas plus de 30% de mes revenus.

    Y reste encore pas mal de chemin! 😉

    1. c’est pas mal ca,gunday…ton objectif me plait bien!jusqu’a present je ne cherchais qu’a me generer des revenus supplementaires,mais avoir un objectif précis est un bon moyen de se motiver!

  3. La « rat race » est effectivement un terme assez violent. Je ne vois pas non plus réellement de raisons qui empêcheraient à un salarié de sortir de cette « rat race ». Ce sera sans doute plus long, mais tant qu’on a un cash-flow positif avec des investissements à côté. Il n’y a pas de raisons.

    (Mais c’est sans doute moins rock and roll ! 😉 )

  4. @Sam : Travailler pour soi, ça va un temps, mais il n’y a pas beaucoup de différences entre « travailler pour soi » et « être salarié ». J’ai « travaillé pour moi » pendant quelques années en me disant que c’était super, tous ces idiots qui bossent pour un patron… pfff, sauf que je n’avais plus de week-ends, plus de soirées, les vacances avec le portable, sans compter compta, commercial, impayés… Bref

    À cette époque j’aurais donné n’importe quoi pour faire la même chose pour un boss. Et en fait, j’ai pris l’autre option (de justesse), j’ai embauché. Je peux te dire que ce n’est pas être patron qui est un objectif. Il faudrait être maso. C’est être l’actionnaire de ta boîte, le proprio, l’homme qui a des idées, qui optimise et qui montre la direction. CA c’est plus fun :p

  5. Merci pour l’article.
    Tu as bien fait de lire la version anglaise. La version français est d’une part un massacre de la langue française et on a c’est parfois peu claire pour un livre qui est censé tout simplifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge