C’est trop cher, je ne peux pas me l’offrir

 

Nous avons tous un jour eu cette phrase dans notre bouche. Je ne peux pas m’acheter cette voiture, cet Ipad, ce smartphone, ce voyage à l’autre bout du monde, je ne peux pas atteindre mes rêves, c’est impossible.

C’est vrai, quelque part, nous avons tous nos limites, j’ai les miennes, vous avez les vôtres.

Quand même, quel dommage de s’arrêter à cette phrase et de passer son chemin. Je parle ici de choses que vous désirez vraiment et non pas de ces envies passagères.

 

 

L’idée de cet article m’est venue à la relecture du livre « Père riche, père pauvre » de robert Kiyosaki, qui comporte un passage sur ce thème.

On y parle du pouvoir de la pensée, de ces effets bénéfiques, mais également dévastateurs.

 

Pourquoi dévastateurs ?

 

Notre seul pensée nous limite, si nous pensons que ce n’est pas possible pour nous, cela ne le sera pas, dans le livre on y parle d’argent, de la possibilité ou non de s’offrir quelque chose.

Ce dire que ce n’est pas possible, c’est dire à notre cerveau d’arrêter de travailler.

Cette théorie est valable dans tout ce que l’on renonce à faire pensant que l’on en est pas capable.

C’est dévastateur mais vous l’ignorez car vous ne voyez pas à côté de quoi vous passez.

Quel dommage !!!

C’est dévastateur, car avec un peu de réflexion et d’envie, vous auriez pu changer votre état d’esprit, et changer petit à petit sur le long terme, pour vous rendre compte que finalement rien ou presque n’est impossible.

Ce qui m’amène à vous dire que le pouvoir de la pensée quand on ne renonce pas est bénéfique.

 

Pourquoi bénéfique ?

 

Notre seul pensée est le moteur de nos actions de nos réflexions, si l’on veut changer le monde, se sera par nos réflexions puis par nos actions.

Ce poser la question de savoir comment il est possible de faire, c’est, cette fois dire à notre cerveau de travailler et de trouver la solution pour atteindre ce nouvel objectif.

Plus modestement, quand je vois un objet qui me plait où un objet dont je sais que je vais en avoir l’utilité, où encore un voyage que j’aimerais faire, je ne me dis plus que ce n’est pas possible, que ce n’est pas pour moi.

Au contraire, je vais réfléchir et agir pour savoir comment il me sera possible de réaliser ce rêve, d’atteindre cet objectif.

Pour y parvenir, il faut sortir de sa zone de confort, aller vers ceux qui réussissent, apprendre d’eux.

La lecture est un excellent moyen de s’approprier et de bénéficier de l’expérience de ces personnes.

Dans ma catégorie «Mes lectures» vous y trouverez des ouvrages motivants que j’ai lu est qui m’ont apporté un plus.

Il existe plusieurs niveaux d’objectifs, je parlais de s’offrir un voyage, en économisant, en faisant un budget, en gérant ses dépenses, il est assez « facile » d’atteindre cet objectif, c’est une question de temps.

Par contre quand l’on souhaite comme moi, gagner en indépendance financière, voire être un jour indépendant financièrement, il faut vraiment bousculer ses habitudes et parfois naviguer à contre courant pour s’accrocher à son objectif.

Je ne me dis pas que c’est impossible, je me pose toujours cette question :

Comment et par quel moyens je vais avancer et atteindre mon but ?

Des erreurs, j’en ferais, des mauvais choix aussi, mais je m’inspire des meilleurs, je change mon état d’esprit, je travaille à économiser, investir, gagner plus. C’est un début.

Peut-être que jamais je n’atteindrais complètement mon indépendance financière, mais j’aurais essayé. Je pourrais me retourner et dire que j’ai tenté l’aventure.

Quoi qu’il en soit, cela fait exactement deux ans que j’ai eu ce déclic et cet objectif ambitieux. Je m’en porte que mieux.

La vie fait que ça n’avance pas assez vite, mais j’avance et suis à l’heure actuelle extrêmement motivé.

 

Alors ce rêve, qui vous tient à cœur, pouvez-vous  l’atteindre ? Je suis convaincu que oui.

Ce voyage, vous allez pouvoir vous l’offrir, votre changement de vie, vous allez pouvoir y réfléchir et agir quand vous aurez pris pleine conscience que c’est possible.

Il faut penser autrement, voir grand.

Cet objet est cher, mais je vais pouvoir me l’offrir, j’y tiens vraiment.

 

Et vous, renoncez-vous facilement, où au contraire, vous croyez en vos rêves et vous faites tout pour les atteindre ?

 

 

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on Facebook
Facebook
Print this page
Print
Email this to someone
email

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

12 réponses sur “C’est trop cher, je ne peux pas me l’offrir”

  1. et oui!il faut se donner les moyens de ses ambitions!pas de secret:no pain,no gain!j’investis depuis maintenant quelques temps,et je vais certainement prochainement me lancer dans une etape superieure dans quelques temps:la creation d’entreprise!et la…pas droit a l’echec!
    “il n’y a pas d’essai:fais-le,ou ne le fais pas!” maître Yoda 😉

  2. bah oui… 😕
    dans le pas de calais…
    meme pas peur!mais disons que dans mon cas,rester salarié peut etre potentiellement plus dangereux a long terme.alors je retrousse mes manches,et je croise les doigts!

  3. dans la restauration,désolé d’etre évasif,mais j’ai mes raisons…
    j’espère pouvoir faire avancer ce projet,et pouvoir pourquoi pas parler un jour de mon parcours sur ton site!pour ceux qui ont un projet de création,je leur recommande de se rapprocher d’organismes d’aide a la création,comme par exemple la BGE…

    1. @ Yoshi

      Si tu souhaites parler un jour de ton expérience sur le blog, ce sera avec plaisir.
      Tes conseils pourraient intéresser le plus grand nombre.

  4. Bonjour Arnaud,
    Je viens de finir ce livre de Robert Kiyosaki, il est très intéressant. Je suis totalement d’accord avec le passage que tu mentionnes dans ton article. Il faut « booster notre cerveau » par la connaissance, la mutualisation des avis et la pensée positive… Cela se ressentira dans l’évolution et la finalisation de nos différents projets.
    PS: Bon courage à toi Yoshi.
    A bientôt.
    Olivier G.
    Olivier G@Economiser et Investir Articles récents..Radiateur électrique, comment bien le choisirMy Profile

    1. @ Olivier

      C’est vrai que ce livre est très motivant et inspirant.
      Je crois que ma vie sera ponctuée de lectures analogues. La raison est simple, pour aller plus loin, pour avancer, on a besoin de se garder motivé.

  5. C’est vrai pour l’argent et pour beaucoup de choses.
    Quand j’étais ado j’avais eu en cadeau un petit livret de mon idole de l’époque, Michael Jordan, dont le titre était : N’abandonnes jamais.
    c’est bien dans le thème de ce billet auquel je souscris à 100%. C’est en essayant de trouver une solution, moins chère, plus maligne, qu’on trouve des opportunités.

    Mon rêve actuel et de vivre quelques années aux USA en visa de travail H1B et je vais y arriver. On va tous réussir !

  6. Je m’en suis rendu compte autour d’un sujet en apparence triviale : les vêtements.
    De base, je ne m’interrogeais pas trop et allait toujours au même magasin, à une fréquence de trois mois, renouveler les pièces qui s’abîmaient, etc.
    Un ami, lui, avait des habits de marque qu’on peut qualifier de luxe (c’est-à-dire vraiment pas du Diesel ni même du Armani) ainsi que du sur-mesure. C’est tout juste si je ne m’évanouissais pas quand on évoquait le prix de son costume. Puis j’ai fini par comprendre : de bons habits, dans lesquels on reste confortable longtemps, qui ne s’altèrent pas et durent aussi longtemps qu’on veut bien qu’il le veuille (en cas extrême, il y a la couturière, le cordonnier…), c’est non seulement beaucoup moins cher, mais en plus ça évite le gaspillage et bien souvent soutient l’emploi local. Sauf si bien sûr on achète chez Kenzo… (et même tout LVMH en général)

    Bref, je n’ai pas commencé le refaisage de garde-robe, ça se fera très progressivement, mais ça m’a sensibilisé à cet aspect

  7. Me phrase fétiche (qui rend folle madame d’ailleurs), c’est trop cher pour la somme que je suis prêt à y consacrer. :mrgreen:

    La finalité est assez similaire, mais la logique derrière est totalement différente : si le produit ne m’intéresse pas, il faudra qu’il soit vraiment pas cher pour que je daigne m’y intéresser. C’est par exemple le cas avec les téléphones portables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.