La voiture électrique : révolution en vue pour les boursicoteurs

Actuellement, nous pouvons parler d’une véritable révolution économique dans le secteur automobile.

En tant que consommateur et/ou investisseur, il est grand temps de se poser quelques questions.

Dans cette bataille que se mènent les géants de l’automobile, il y aura des gagnants et des perdants.

Il semble que le choix de l’électrique s’impose de plus en plus dans le paysage automobile. La croissance des ventes dans ce secteur est édifiante.

Sous l’impulsion de nombreuses décisions politiques dans de grandes métropoles (Paris, Oslo, Madrid…) les véhicules électriques apparaissent comme la solution aux problèmes de pollution. Le cabinet Roland Berger déclare même que la part de marché des véhicules hybrides ou électriques devrait bondir de 1% à 30% d’ici 2030, c’est demain… Lire la suite

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Passionnez-vous pour les investissements… pour enfin passer à l’action

Les Français ne sont pas les champions de l’investissement. Ils préfèrent la sécurité au risque en plaçant leur argent sur le Livret A ou sur le fond en euro d’une assurance-vie. Je ne vais pas leur jeter la pierre. Comme moi, ils n’ont jamais été éduqués aux finances et à la bourse. Par chance, le marché immobilier est toutefois mieux compris, certainement par tradition.
Ce que l’on peut aussi voir, c’est que certaines personnes investissent brillamment, que ce soit en bourse ou dans l’immobilier, c’est inspirant.
Pour écrire cet article, je me suis inspiré entre autres de ce que j’ai pu lire sur passion-investissement.com. Lire la suite

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Livret A = Perte de pouvoir d’achat…

En 2018, avoir de l’épargne sécurisée c’est s’assurer de perdre du pouvoir d’achat, c’est le cas avec votre Livret A.

Cette fois encore il n’y a rien à attendre des placements sécurisés sans risque.

C’est une habitude maintenant le taux des livrets n’augmentera pas. Le problème, c’est qu’aujourd’hui on retrouve un peu d’inflation, de l’ordre de + 1,1 %.

Sachez que l’objectif de la Banque Centrale Européenne est toujours de s’approcher des 2 % d’inflation.

Un calcul rapide qui vous prouve cette perte de pouvoir d’achat

Le calcul est vite fait, votre Livret A vous rapporte 0,75 % sur un an. L’inflation est à 1,1 % sur cette même période. Par conséquent, votre argent s’érode de 0,35 points.

En Euro constant, sur une année, 100 € épargnés sur votre Livret A ne valent plus que 99,65 €.

Définition : Les euros =&0=& sont les euros en valeur réelle c’est-à-dire corrigés de la hausse des prix par rapport à une donnée de base. Le principe du calcul des euros =&0=& est de réaliser un calcul en retirant la hausse des prix.

Laisser des liquidités sur un compte-courant : c’est encore pire.

Dans cet environnement, ne laissez pas dormir vos liquidités sur votre compte c’est une erreur. L’encours sur les comptes courants est d’environ 412 milliards d’euros. Cet argent s’érode pour le coup, de 1,1 % sur un an et non plus de 0,35 points comme pour le Livret A.

Comment réagir face à cette érosion de votre épargne ? Comment gérer au mieux son argent dans ce contexte ? Lire la suite

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le “Made in France”, j’accroche, les français accrochent… et vous ?

Cet article va me permettre, brièvement, de m’évader de la finance et de la bourse.

Le salon du “Made in France” est l’occasion d’aborder ce sujet particulièrement intéressant.

Le “Made in France” est en vogue et ce n’est n’est certainement pas un effet de mode.

 

Le nom de mon blog est “Un Avenir Plus Riche“, il a pour but de montrer comment vivre mieux, aussi bien financièrement que de pouvoir s’épanouir dans la vie au fil du temps.

C’est un vaste programme qui se fait par petites touches en abordant divers domaines, les finances personnelles, l’immobilier, la bourse bien sûr, mais également la culture, la mode… et surtout l’importance de la famille dans cette démarche.

Ces derniers mois, je me suis plus particulièrement intéressé à la mode masculine, parce qu’il me semble important d’avoir une certaine élégance quand l’on souhaite s’améliorer et s’épanouir dans la vie. Contrairement à ce que l’on veut bien nous faire croire “l’habit fait le moine” dans bien des situations.
De plus, bien s’habiller peut-être un véritable plaisir, mais c’est bien un budget à prévoir et ça, c’est une autre histoire, un autre sujet.
Le lien avec le sujet qui nous concerne, c’est qu’il existe dans la mode de nombreux entrepreneurs français qui apportent une grande importance à la confection française, à son savoir-faire.

 

Le “Made in France” a du sens.

 

En effet, la France est un pays qui sait produire de la qualité, voire de la très bonne qualité. De plus, en tant qu’Européen convaincu, j’élargirais cette tendance à l’Europe entière.

Il est vrai que les produits français et européens ne sont pas les moins chers, par contre, ils ont une qualité et une traçabilité forte. Ce sont également

nos emplois d’aujourd’hui et de demain Lire la suite

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

La véritable valeur d’une entreprise

Bonjour à tous,

Martin, lecteur du blog, blogueur et investisseur lui même, m’a proposé de rédiger une chronique mensuelle sur la bourse. Nous partageons la même philosophie, à savoir que la bourse s’envisage sur le long terme.

C’est avec plaisir, que je lui laisse la place sur Un Avenir Plus Riche pour s’exprimer et je l’espère faire découvrir son blog au plus grand nombre.

 

Chronique “Investir en bourse, méthode et mentalité gagnante”

Par Martin Raymond du blog www.investir-a-la-bourse.com

 

Vous est-il déjà arrivé d’investir dans un titre boursier, de voir son cours fondre comme neige au soleil, et d’être au prise avec un dilemme : dois-je vendre ou plutôt racheter le titre?

Cette situation particulière survient principalement dans les cas où le modèle d’affaires de la société s’est affaibli ou encore lorsque le bilan de la société s’est lourdement détérioré. Nous nous concentrerons sur le second élément, puisqu’il peut souvent être évité simplement en consultant les états financiers de l’entreprise.
En tant qu’investisseur boursier autonome, on sait que l’on doit porter une attention particulière au bilan de nos sociétés en portefeuille.
Une société qui montre une généreuse encaisse et aucune dette à long terme mérite une meilleure évaluation qu’une autre dont l’endettement est très imposant et les liquidités inexistantes. C’est pourquoi j’utilise parfois la «valeur d’entreprise», qui inclut un ajustement selon l’encaisse ou la dette d’une société.
Lorsqu’un titre plonge de 25%, est-ce qu’il se négocie soudainement à 75% de sa valeur précédente? Prenons l’exemple de la société XYZ, dont le prix de l’action s’élève à 20$. La dette de la société équivaut à 10$ par action. Son titre dégringole à 15$. Qu’en est-il de la valeur de l’entreprise?

Avant la dégringolade, la valeur d’entreprise se calculait comme suit: 20$ + 10$. Nous prenons la valeur boursière par action à laquelle nous rajoutons la dette par action. En effet, si un compétiteur décidait d’avaler cette société, il aurait à payer les créanciers en plus des actionnaires. Nous obtenons donc une valeur totale de 30$.
Le titre chute à 15$, perdant 5$ par action. La valeur d’entreprise subit le même sort, puisque le montant de la dette demeure inchangé. Ainsi, au lieu des 30$ calculés précédemment, elle se retrouve à 25$. Or, 5$ sur 30$ représente une diminution de seulement 16.7%, et non 25% comme c’était le cas pour la valeur des actions prise isolément.
Continuons. Le titre tombe maintenant à 5$. Vous vous dites sans doute: «Quelle aubaine! Je peux acquérir ce titre à 75% de rabais sur son cours initial». Pourtant, la valeur d’entreprise est passée de 30$ à 15$, ce qui crée un escompte de seulement 50% et non 75%.

Cependant, ce n’est pas le seul problème. Lorsqu’une entreprise subit les foudres de M. Le Marché, c’est logiquement parce qu’elle se trouve en difficultés. Comme la dette pèse très lourd au bilan, elle fait, en plus, face à un risque de défaut. Nous aboutissons donc à une situation de «tout ou rien», qui ne constitue pas forcément une bonne affaire. On peut s’en rendre compte en portant une attention particulière à la valeur d’entreprise.

Deux réactions sont possibles

Dans un tel scénario, soit vous regrettez votre investissement, et vous vendez afin d’éviter de tout perdre; soit vous décidez d’augmenter votre participation et espérer bénéficier d’un rebond important du titre. Il faut cependant être conscient que vous pourriez perdre la totalité de votre mise, puisque la compagnie risque la faillite. Le temps joue contre elle, et survivre avec un bilan lourdement endetté, n’est pas une mince tâche.

La morale de l’histoire : éviter simplement les sociétés trop endettées. Vous minimiserez ainsi les chances de vous retrouver dans ces pénibles situations de «tout ou rien».
Par Martin Raymond

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une vision de la bourse à long terme !

Tout d’abord, je remercie Arnaud de m’avoir permis d’écrire un article sur son blog, c’est super sympa !!!

Je suis Alexandre du blog “la bourse à long terme” et ma grande ma passion depuis maintenant presque 20 ans est la Bourse. J’ai commencé à m’y intéresser en 1999 lors de la bulle internet et ce n’est que depuis 5 ans que je gagne de l’argent en Bourse. Il m’a fallu une bonne dizaine d’années pour apprendre et comprendre qu’il était inutile de s’exciter chaque jour devant son ordinateur et devant des milliers de graphiques pour espérer vivre de la Bourse, personne n’y arrive. Alors, je me suis décidé à investir en Bourse comme un “bon père de famille” et tout en travaillant. Vous devez savoir qu’il y a deux approches pour investir en Bourse : l’approche fondamentale et l’approche graphique et  technique.

Je n’ai jamais eu le temps de choisir mes titres en fonction d’une analyse fondamentale par l’étude complète et sur plusieurs années des comptes d’une société (bilan, compte de résultats, flux de trésorerie, etc….). Alors, pour plus de facilité et comme beaucoup de gens, je me suis orienté vers l’analyse graphique, c’est ma spécialité depuis plus de 20 ans.

Quelle est ma méthode pour investir en Bourse simplement et avec efficacité ?

Nous sommes tous différents dans la vie et en Bourse c’est un peu la même chose. Nos objectifs, nos besoins et nos moyens financiers ne sont pas les mêmes et donc il est possible que vous trouviez ma stratégie trop “pépère” ou trop risquée ou trop compliquée. Bref, elle me convient parfaitement et j’espère qu’elle va vous correspondre.

Avant de vous montrer ma méthode, j’ai envie que vous fassiez bien la différence entre un investisseur “buy and hold” et un trader très actifs sur les marchés et surtout dans quel horizon de temps je me situe. Je vais énumérer ces investisseurs du moins actifs au plus actifs sur les marchés.

  • L’investisseur dit “buy and hold” ouvre une position et la garde pendant très longtemps, voire pour toujours.
  • L’investisseur fondamentaliste qui ouvre et garde une position sur plusieurs années.
  • L’investisseur dit “chartiste” (c’est ici que je me situe) qui ouvre et garde une position sur plusieurs mois, voire une année et même un peu plus. J’ai conservé le titre l’Oréal pendant presque 2 ans pour finir avec une plus-value de 28,96%.
  • Le swing trader qui ouvre et garde ouverte une position pendant plusieurs jours ou plusieurs semaines, voire quelques mois.
  • Le day-trader qui ouvre et garde une position pendant plusieurs minutes ou plusieurs heures et jamais après la clôture des marchés.
  • Lire la suite

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------