Question de lecteur : 5000 € à investir dans un PEA

 

J’adore mon blog, non, non, je ne suis pas narcissique!!!

S’il y a une chose que j’adore depuis que je l’ai mis en place, c’est les discussions que j’entretiens par messagerie.

Soyons francs, tout le monde ne l’apprécie pas , rien de plus normal. A parler d’argent, de richesse et d’investissements, je dois en gêner quelques-uns. De plus, le sujet traité n’est pas le sujet préféré des Français.

J’ai beaucoup de mail, c’est un plaisir, j’essaie de répondre à tout le monde, il y a parfois des ratés, c’est rare, je m’en excuse.

J’ai des messages particulièrement intéressants, je vous en dévoile un, j’espère qu’Olivier sera heureux de voir ses questions  et mes réponses sous la forme d’un article. Elles peuvent intéresser le plus grand nombre.

 

Pea dividendes

 

Les questions d’Olivier, lecteur du blog :

 

“Objet : Questions placement et parrainage…

Bonsoir Arnaud,
 
Je me permets donc de te tutoyer et en profite pour te remercier pour ta réponse.
Je t’écris pour quelques questions relatives à un probable début d’investissement en bourse et pour un éventuel parrainage de ta part pour l’ouverture d’un PEA sur Binck…
Je me présente en quelques mots : 33 ans et récemment actif (CDD) après de longues études de psychologie, je m’applique depuis quelques temps ta philosophie d’économie sur mes revenus et dépenses, aussi, je me suis constitué une épargne de sécurité (Lvt A, PEL, LDD, LEP) raisonnablement équilibrée en vue de l’acquisition d’une résidence principale… Bref, je souhaiterai prendre date sur un PEA et y investir le surplus de ma capacité d’épargne avec comme toi (suite à la lecture des articles de ton blog) un objectif sur le long terme, basée sur les dividendes.
Ma première question est simple, je n’ai pas vu sur les pages de ton blog un récapitulatif de la chronologie de tes placements et de tes critères d’entrées sur les valeurs que tu as sélectionnées, aussi souhaitant investir un montant de 5000 euros (équivalent à ton portefeuille) crois tu pertinent/risqué/(absurde) de répliquer (au moins pour partie) tes investissements, d’un coup, dès l’ouverture de mon PEA ? Ma question concerne finalement ta stratégie mais d’un point de vue chronologique (mensuelle ???). J’adorerai un petit article qui nous détaille ces aspects, et les motivations du choix de tes valeurs…
Ma seconde question est évoquée en préambule à ce mail : je souhaitais savoir s’il était possible que tu me parraines pour l’ouverture d’un PEA afin de bénéficier des 100 euros de frais de courtage offerts ?
Te remerciant par avance pour tes réponses et le temps consacré à la lecture de ce mail, encore toutes mes félicitations et merci pour ce blog très intéressant,
 
Bien cordialement,
Olivier”

Voilà des questions pertinentes …

L’entrée en matière est intéressante et donne envie de répondre. C’est agréable d’avoir une brève présentation.

Je vais donc tenter de répondre au mieux à Olivier.

Avant cela, je m’aperçois que les bases sont là.

Olivier a un livret A, LDD (Livret de développement durable) et LEP (Livret d’épargne populaire) pour son épargne de précaution. C’est parfait, attention à ne pas avoir trop d’épargne dessus.

Le PEL (Plan épargne logement) en prévision d’un investissement immobilier, c’est parfait.

Maintenant Olivier souhaite aller plus loin. Je le comprends.

La démarche est construite et réfléchie. Je dois avouer que j’ai eu une démarche similaire.

 

“Quelle est la chronologie de mes placements ?”

 

Avant de rentrer dans le détail, j’ai toujours était sensibilisé aux économies et à l’épargne. Très tôt, j’ai eu envie d’investir dans ma résidence principale.

Depuis un moment, je vais beaucoup plus loin dans ma stratégie.

D’une manière simple, je vais vous expliquer comment je m’y suis pris dans mes investissements, c’est en sorte un petit résumé de ma vie financière.

 

  1. En 2000, j’ai tenté la bourse, sans rien y connaître et sans stratégie. Je pensais gagner beaucoup et rapidement, ce fut tout l’inverse. J’ai tout arrêté, j’étais vacciné. Ça à était une belle leçon de vie.
  2. J’ai très tôt eu envie d’investir dans ma résidence principale, c’est ce que j’ai fait à mes 25 ans avec ma femme en 2001, le contexte s’y prêtait. Un travail stable permettait d’envisager un crédit immobilier. Je suis toujours dans cette maison, et dans 4 ans (à 40 ans), j’aurais fini d’en payer une bonne partie.
  3. Le temps a passé, nous remboursions notre maison, ce n’était pas évident, parfois difficile, surtout les deux premières années, ensuite nos revenus ont augmenté. Nous vivions mieux et épargnions peu.
  4. En 2007, j’ouvre un premier contrat d’assurance-vie à la Macif, sans trop connaître le principe de cette dernière. Ce contrat est dédié aux études de mes enfants. C’est loin d’être le meilleur, mais avec le recul, je suis heureux d’avoir fait ce choix. J’ai commencé par 30 € / mois pour monter à 50 €, bientôt, ce sera encore plus. Je conseille à tout le monde de prendre date et d’ouvrir une première assurance-vie, quelque soit le projet.
  5. En 2008, une première prise de conscience, il est temps de penser à ma retraite. Je me suis abonné à un magazine de finance et j’ai commencé à bien me documenter et à comprendre ce que j’étais en train de faire. J’ai alors choisi le contrat Symphonis-vie de Fortuneo qui est très performant depuis plusieurs années. Jusqu’en septembre 2010, je plaçais sur un fond en euro 100 € / mois, puis je me suis dis que j’étais jeune, que je pouvais placer beaucoup plus et de manière plus agressive. J’ai donc investis sur les fonds actions, je vous laisse voir mon article qui en parle ici. Mes investissements étaient mensuels avec des montants se situant autour de 15 à 20 % de mon salaire. En décembre 2011, j’ai ouvert un PEA et un compte titre chez Binck.
  6. Mon Pea, je le construis progressivement avec des actions de croissances et de rendements, elles versent toutes un dividende. J’investis régulièrement pour lisser les risques dans le temps. Je vise le long terme plus de 15 à 20 ans. J’estime mes choix peu risqués, les entreprises que j’ai choisi ne feront pas des + 160 % dans l’année, mais elles versent des dividendes, parfois croissants. C’est pour moi des revenus passifs qui seront de plus en plus importants au fil des ans. Vous pouvez lire mon article : Bilan et perspectives de mon Pea.

Voilà pour ma méthode et pour la chronologie de mes placements, j’espère avoir répondu à la première question d’Olivier.

 

“Souhaitant investir un montant de 5000 euros (équivalent à ton portefeuille) crois tu pertinent/risqué/(absurde) de répliquer (au moins pour partie) tes investissements, d’un coup, dès l’ouverture de mon PEA ?”

 

Il est difficile de répondre à cette question. Mon PEA n’a qu’un an d’existence et il est en pleine construction.

Je suis satisfait des valeurs que j’ai dans mon portefeuille, seulement, je les ai sélectionnée parce que je crois en ces entreprises et dans leurs investissements.

Répliquer exactement ce que j’ai fait n’est peut-être pas la solution adaptée pour tout le monde, mais le faire progressivement en se documentant et en connaissance de choses, peut-être une solution. Il faut savoir que j’accepte de perdre en capital, ce qui est important dans ma démarche, ce sont les dividendes et les revenus passifs.

Pour répondre à Olivier, sélectionne les valeurs pour lesquelles tu souhaites investir, avec 5000 € je choisirais 5 valeurs en mettant 500 € sur chaque, les liquidités restantes seront investies quand des baisses surviendront ou pour monter progressivement à 6, 7 ou 10 valeurs.

5000 €, c’est beaucoup et peu à la fois, il ne faut pas s’attendre à des résultats exceptionnels. Le but est d’apprendre et de comprendre. Surtout, ce que je conseille, c’est garder une stratégie et s’y tenir, c’est le meilleur moyen pour ne pas perdre et au contraire être gagnant sur le long terme. C’est pour cette raison que j’investis régulièrement et toujours sur des sociétés qui distribuent des dividendes. Il faut réussir à investir 20% de ses revenus, c’est beaucoup, mais il faut tenter d’y parvenir.

“Ma seconde question est évoquée en préambule à ce mail : je souhaitais savoir s’il était possible que tu me parraines pour l’ouverture d’un PEA afin de bénéficier des 100 euros de frais de courtage offerts ?”

 

Je réponds à cette question avec un peu d’humour.

C’est bien sur avec plaisir que je te parraine pour un Pea ou un Compte Titre chez Binck. Tu y gagneras des frais de courtage et moi également, merci.

C’est un excellent courtier, prenez vos informations sur leur site : www.binck.fr

 

Que conseilleriez-vous à Olivier ? Quelles sont vos valeurs favorites ?

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on Facebook
Facebook
Print this page
Print
Email this to someone
email

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

6 réponses sur “Question de lecteur : 5000 € à investir dans un PEA”

  1. Bonjour a tout les deux.

    Je me permets de répondre à Olivier. Ce serait une erreur de répliquer exactement le portefeuille d’Arnaud à l’ouverture de votre PEA. En effet les prix aujourd’hui de chacune des actions est différents du jour où Arnaud les a achetées.
    Une bonne opportunité est constituée d’une bonne action ET d’un bon prix. Seule une analyse de la société permet de savoir si l’action est surévaluée ou non.
    Supposons que l’on a étudier une société X et que nous souhaitons acquérir certaines de ses actions. Si une action valait 10€ l’an dernier et distribuait un dividende de 1€ on a ici une bonne opportunité (rendement de 10%). Si aujourd’hui l’action vaut 20€ et distribue un dividende de 1.1€ (5.5%), l’opportunité est elle bonne?
    Il est certain qu’elle est moins intéressante, et c’est alors à vous de juger si elle vaut toujours le coup ou pas.

    Finalement, les sociétés choisies par Arnaud sont bonnes mais ne vous jetez pas dessus. Etudiez les, observez les pour trouver le bon moment ou elles se transformeront en opportunité que vous jugerez satisfaisante.

  2. hum…deja un bon point:une solide épargne de précaution a été constituée.il faut ensuite bien prendre conscience qu’avec 5 valeurs,mème défensives,le porte-feuille sera relativement volatile(les trackers peuvent etre une bonne alternative).ensuite tout depend de la frequence et des sommes investies par la suite,mais personnellement,j’attendrais plutot la prochaine correction pour rentrer sur le marché,l’été s’y prète souvent bien…

  3. Bonjour à tous et merci pour vos réponses !
    @Arnaud
    Tu me mets en garde sur mon épargne de précaution : « attention à ne pas avoir trop d’épargne dessus »… Pourquoi ? Car, j’ai spontanément mis au max le LDD et le LEP ; le livret A servant à la zone de stockage temporaire, le LEP (raisonnable) est pour le taux et je précise qu’en vue d’un achat immobilier, et étant encore en CDD, je préfère constituer une épargne liquide assez solide (emprunt peut être difficile) ; est-ce une mauvaise idée ?
    Autre point : après le rappel de ta chronologie globale d’épargne je souhaiterai avoir des précisions sur la constitution de ton PEA c’est vraiment la phrase : « J’investis régulièrement pour lisser les risques dans le temps » sur laquelle je me pose des questions. Nous savons que tu épargnes entre 100 et 300 euros par mois sur le PEA mais comment sont-ils investis ? Sur quel type d’action ? A quel moment ? En un mot, quelle est ta stratégie de gestion de portefeuille chaque jour, mois ?
    Dernier point, et sans vouloir te couper l’herbe sous le pied Arnaud, je veux bien me positionner comme Parrain éventuel chez Binck… 😉
    @Sylvain
    Ca y’est, mon PEA est ouvert et… je n’ai pas répliqué le portefeuille d’Arnaud. Toutefois ma réflexion rejoint la tienne et est la suivante : si l’analyse d’Arnaud me convient et est en accord avec d’autres lectures, et si ma stratégie est au long terme, alors pourquoi ne pas me dire que si avec mes achats j’obtiens un prix de revient unitaire d’un titre très proche, voir en-dessous de celui d’Arnaud alors le titre est une opportunité (exemple : GDF, Vinci) ?
    @Yoshi
    Une partie de ma réponse est exposé ci-dessus mais je précise encore les choses : ma fréquence d’investissement serait mensuelle, à hauteur de 200 euros minimum. J’entends « investissement » ici comme reconstitution de liquidités en vue d’achat, pas forcément en termes d’achat d’action de manière mensuelle ; et ce, afin entre autre d’obtenir des marges de manœuvre à l’été pour saisir une éventuelle correction et ainsi faire baisser le PRU, est-ce une idée simpliste de ma part ?
    @Tous, Attendant vos réactions, commentaires et conseils…
    Vous remerciant encore !
    Olivier.

  4. oh non,ca n’a rien de simpliste!les corrections arrivent régulièrement!autant toujours avoir du cash sous la main,que regretter de ne pas en avoir plus a investir!

  5. Ce qui est réellement important est le prix par rapport à la valeur, pas par rapport à celui d’Arnaud. Je suis d’accord avec toi, si le dividende a augmenté et que tu as l’opportunité d’acheter au même prix qu’Arnaud il y a quelques temps, c’est probablement une bonne opportunité.
    La difficulté réside dans l’évaluation de la valeur de l’entreprise.

  6. Merci à vous pour ces commentaires très instructifs.
    Je pense qu’en bourse, nous pouvons être 10 personnes autour d’une table et ne jamais avoir le même avis. Par contre, il peut se dégager une ligne directrice. C’est ce que l’on fait ici.

    Pour répondre aux questions d’Olivier, loin de moi l’idée de le mettre en garde sur son épargne de précaution, je ne me le permettrais pas. Mais d’une manière plus générale il existe beaucoup de personnes qui conservent des liquidités, trop de liquidités de peur de manquer. C’est pour moi autant de manque à gagner sur de futurs investissements.
    Je peux comprendre cette peur du risque, chacun ses choix, mais par ce moyen, il y a très peu de chance de s’enrichir.

    Comme je le conseille, tous les mois j’économise maintenant un minimum de 300 € le jour où je reçois mon salaire soit entre (13 et 20 % de mon salaire).
    Je fais un virement directement sur mon PEA ou/et sur mon assurance-vie. Jusqu’à présent, considérant le marché boursier très bas j’achetais pour 300 € d’actions presque systématiquement.
    Soit je renforçais ma position sur le cours d’une action qui avait baissé (PRU moins élevé et rendement du dividende plus important), soit je me dirigeais vers une nouvelle valeur.

    Sylvain souligne la difficulté d’évaluer une entreprise, c’est bien là le problème, il faut du temps et beaucoup d’énergie, je ne sais pas encore faire.
    Je ne me place pas dans cette optique pour le moment.

    Benjamin Graham ou plus récemment Warren Buffett, pour des investisseurs ayant mon profil conseillent d’investir simplement dans des sociétés, pas trop petites, distribuant des dividendes depuis plusieurs années (plusieurs 10aines d’années)et si possible, des dividendes croissants. On conserve ensuite ces actions “à vie”.
    Sanofi peut remplir ce critère. (Seule action française chez BERKSHIRE HATHAWAY.)

    Olivier, Yoshi est souvent de bons conseils, on peut encore le vérifier aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.