Les investisseurs individuels ont déserté la bourse !

Tant mieux pour mes investissements…

Pourquoi les particuliers, les investisseurs individuels ont-ils fui le marché boursier ? Pourquoi l’ont-ils déserté ?
A ces deux questions, la réponse pourrait être assez simple. En effet, entre les années 2000 et 2014, le marché français a connu deux à trois grandes crises majeures. Celle de l’explosion de la bulle internet en 2000 a refroidi une bonne partie des investisseurs individuels (comme moi, je dois bien l’avouer), celle de 2008 a fini par avoir raison des plus courageux et celle de 2011 leur a donné raison…

 

Quelques chiffres à l’appui :

 

Les investisseurs individuels ne sont plus en 2014 que 3,7 millions alors qu’en 2008, avant la crise, ils étaient encore environ 7 millions. (étude TNS Sofres)
Nous parlons ici des personnes qui investissaient en direct via un PEA ou un Compte-titre.
Le constat est le même pour les SICAV.
Connaissez-vous beaucoup de personnes qui possèdent des outils (PEA, compte-titre et assurance-vie) sur lesquels les investissements portent sur des actions ou des unités de compte ?
Personnellement, mis à part les relations que j’entretiens grâce au blog, je ne connais que très peu de personnes qui investissent et encore moins qui investissent en bourse.
Je connais par contre beaucoup de personnes qui en parlent, mais qui ne passent pas le cap. Elles sont comme paralysées par les crises successives.

 

Si les investisseurs particuliers désertent le marché, pourquoi devrais-je en faire autant ?

 

Ma réflexion est aujourd’hui, la suivante, après avoir arrêté d’investir en bourse suite à la crise des années 2000, période où j’ai perdu une bonne partie de mes économies, n’aurais-je finalement pas du continuer à investir progressivement jusqu’en 2008 ? Période à laquelle on se doutait bien que le marché ne pouvait pas continuer ainsi.
J’aurais laissé passer la crise et j’aurais ensuite repris mes investissements tranquillement jusqu’à aujourd’hui.
Seulement, nous ne sommes pas devins, il est difficile, voire impossible d’anticiper une crise boursière.

Pourtant, un critère (qui ne doit pas être le seul), me fait penser qu’il est possible d’avoir un bon timing (Un bon timing peut vouloir dire ne rien faire pendant plus d’une année).
Ce critère est celui plébiscité par Warren Buffet, c’est « d’être prudent quand tout le monde commence à être euphorique et au contraire recommencer à investir quand tout le monde est pessimiste, ou à peur ».
Cette stratégie, c’est d’être en permanence à contre-courant.
Attention, je ne dis pas qu’il faut acheter une action qui dévisse. « On n’arrête pas un couteau qui tombe », expression boursière bien connue. Il faut simplement être en alerte et être prêt à faire une sélection pendant ces périodes de doutes.

 

Comment se comporter aujourd’hui ? Faut-il alors, aujourd’hui, investir en bourse ?

 

Si l’on se réfère aux quelques chiffres que j’ai donnés dans le premier paragraphe de mon article. Il est pour moi opportun de continuer à investir.
Si je prends ce seul critère, les particuliers ne sont pas euphoriques et ne souhaitent toujours pas revenir investir en bourse (c’est un peu moins vrai en 2015). Par conséquent pour moi, c’est au contraire le meilleur moment. C’est pourquoi, je suis revenu en bourse fin 2011 avec 0 € en poche quand plus personne ne voulait investir.
Pour suivre régulièrement les professionnels, je m’aperçois que ces derniers sont optimistes, c’est vrai (ce qui incite à une certaine prudence) mais ne sont pas euphoriques.

Le timing est encore bon pour se renforcer sur le marché français, Européen (c’est ma démarche) voire Japonais. Attention tout de même pour ceux qui souhaitent débuter, la prudence est de mise et le timing n’est peut-être pas aussi favorable, la sélection est encore plus de rigueur.

Ce critère, cumulé, je dois bien l’avouer au QE (quantitative easing) de la banque centrale européenne me permet d’avoir une certaine tranquillité d’esprit pour les mois à venir. Le marché ne se valorisera pas de façon linéaire, c’est évident, mais le contexte (Je peux évidemment me tromper et perdre beaucoup d’argent, ce que je suis prêt à assumer. Mon horizon de placement est sur du long terme (J’ai encore 20 ans devant moi)) me permet d’être relativement optimiste. J’investis régulièrement en conservant une poche de liquidité pour profiter des baisses à venir.
Sur les mois à venir (durée minimale du QE) je devrais augmenter mes liquidités au fur et à mesure de l’augmentation du marché boursier. Je garde évidemment à l’esprit que le rendement des dividendes des sociétés est également un critère de sélection.

Et vous, que faites-vous ? Quelle est votre sensibilité, votre analyse ? J’ai envie de dire, pourquoi ne pas agir maintenant ? Pourquoi ne pas commencer à apprendre à placer efficacement son argent ?
Quel est le risque, si vous avez un horizon de placement sur le long terme et que vous n’utilisez que « l’argent dont vous n’avez pas besoin aujourd’hui » ?

Vous l’avez compris, c’est propos n’engagent que moi et le risque de perte en capital est tout à fait possible.

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on Facebook
Facebook
Print this page
Print
Email this to someone
email

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

18 réponses sur “Les investisseurs individuels ont déserté la bourse !”

  1. Au fond, les gens ont peut-être raison de ne plus investir “en bourse”…
    “la bourse”,”le marché”,”les indices”…a force, on ne voit que les variations journalières,on ne parle que de volatilité,nervosité,et on oublie que ce que l’on achète ou vend d’un simple clic de souris, ce sont des parts d’entreprises, qui ont, elles, un horizon de temps qui est de l’ordre d’une année, 3ans, 5ans…voire 15,25ans, voire plus!
    Alors, n’investissons pas en bourse, mais apprenons à acheter des entreprises, a les valoriser, chaque baisse de cours deviendras alors un moment delicieux, ou ce que l’on considerait hier comme une opportunité d’investissement, ne seras plus perçu comme une perte en cas de baisse de valorisation, mais l’occasion d’augmenter sa participation!

      1. @ Mike

        On en revient toujours au même, merci de le rappeler. Pourquoi décidons-nous d’investir ? pour quelle durée ? L’immobilier pour quelle raison ? La bourse, pourquoi faire ?
        Au final quel est mon projet ? quels sont mes objectifs ?
        Autant de questions à se poser avant de s’engager.

        A bientôt,

  2. Je pense que vous avez tort.
    Cela fait bien longtemps que les investisseurs individuels ont laissé tomber la bourse, échaudés et attirés par les livrets “3% pendant 3 mois”…

    Mais ils reviennent. Livret à moins de 1%, bourse qui monte et on est attirés par des rendements à plus de 3% des utilities, énergie, etc. Donc ils reviennent. Et comme vous semblez aimer les adages, quand votre chauffeur de taxi vous conseille des actions …

    1. @ Badacruque

      Je rejoins ton commentaire, les investisseurs commencent tout juste à revenir, mais cela n’a encore rien à voir avec les années 2000. Cependant, c’est un signe comme quoi il faut peut-être commencer à faire un peu plus attention, ou la culture financière des français s’améliore (on a le droit de rêver 🙄 ).
      Au plaisir.

  3. Bonjour Arnaud,

    Pour investir en Bourse, il faut avoir un esprit d’entrepreneur et un niveau de culture financière acceptable. Malheureusement, pour cette dernière, elle est peu développée puis les particuliers font inconsciemment une différence totale entre entreprises et actions alors que ce sont les mêmes choses.

    Par ailleurs, il ne faut pas occulter le rôle de l’Etat qui incite à investir dans l’immobilier par ses soutiens financiers et les placements soi-disant sans risque (Livret A, Assurance Vie Fonds Euros) via les divers mécanismes de garantie.

    Cordialement.

    1. @ Sovanna Sek

      Il y a beaucoup d’aides pour l’immobilier, c’est vrai. C’est pour mieux percevoir les impôts après. La fiscalité de l’immobilier dans certains montages est d’un poids énorme si l’on n’en maîtrise pas un minimum les règles pour la faire chuter.

  4. oui, on peut gagner beaucoup d’argent, mais il faut y mettre quelques garde fou avant de se lancer:
    Se fixer des objectifs à long terme et quand on les a réalisé, on se retire.
    être patient
    Ne pas avoir besoin de cet argent sur le moyen et long terme.
    Ne pas être émotif et rester sur ces critères de sorties.

    Bref, quelques règles simples, mais qui n’est pas toujours évident de suivre.

    1. @ Miguel

      On peut avoir besoin de cet argent sur le long terme, mais pas sur le court et moyen terme, c’est je pense ce que tu as voulu dire.
      Au plaisir.

    1. @ Nathanaël

      Il faut savoir pourquoi on investit en bourse. Si tu as peur, forme toi pour comprendre et connaître l’histoire des Marchés et des sociétés qui peuvent t’intéresser. Il faut également acquérir une culture financière pour maîtriser ses émotions. Bien souvent, il faut finir par être contrariant et renforcer ses positions quand une action a bien dévissé sans raison aparente.
      De plus, on achète jamais au plus bas et on ne revend jamais au plus haut.

      A bientôt,

  5. Pour ma part Arnaud, je n’investis pas à la bourse, mais dans des entreprises cotées à la bourse, la différence est énorme entre acheter le marché baissier dans son ensemble et acheter des entreprises remarquables entraînées à la baisse par le ras de marée boursier.

    Le vieil adage revient toujours: rationalité-rationalité-rationalité + patience-patience-patience

    c’est vraiment la recette gagnante sur le long terme.

    1. @ Martin

      Merci pour ta remarque, elle est très pertinente. On oublie trop souvent qu’une action est égale à une part de société. On achète donc une société de préférence solide et en croissance. Peu importe, les mouvements journaliers ou hebdomadaires du Marché. On achète pour longtemps.

  6. Salut à tous !

    Moi je n’ai pas déserté la bourse, la preuve car je viens d’acheter du pétrole. C’est ma plus grosse opération depuis que j’ai commencé en bourse (1960 €). J’ai fait cette action sur un témoignage d’Arnaud et l’en remercie. Attention, il ne m’a rien conseillé, seulement dit ce qui lui avait fait et moi j’ai décidé de le copier (tu m’en veux pas ? lol).

    1. Attention, avec le petrole, en cas de faiblesse prolongée des cours du brut, certains acteurs risquent de veritablement souffrir.
      Cela etant dit, en ce focalisant sur les acteurs les plus solides, l’opportunité semble en effet très belle! Quand on voit un geant comme Exxon Mobil, qui verse un dividende non-stop depuis 1911, en ayant traversé les differents chocs petroliers, crises economiques, 2 guerres mondiales…bien sûr, le cours n’a pas toujours été très “sage”, mais franchement, quel investisseur immobilier peut me trouver un meilleur locataire?

    2. @ Yves

      C’est vrai, je n’ai pas la prétention de donner des conseils, à chacun de faire ses devoirs.
      Cependant, il faut faire attention quand l’on reprend des idées d’investissements, les objectifs des uns ne correspondent pas forcément aux nôtres.
      Par exemple, en ce moment j’investis de manière contrariante avec une grosse pondération sur les pétrolières (le pétrole à lourdement chuté), je ne suis pas sur d’une remontée des cours “rapide”, par contre sur le long terme, je suis confiant et prêt à garder très longtemps mes positions.
      Au plaisir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.