Question de lecteur : Desendettement ou épargne de précaution

 

Vous vous apercevez maintenant que depuis plusieurs mois, je suis de plus en plus sollicité par mail pour répondre à vos interrogations. Sachez que c’est un plaisir et que je m’efforce de traiter tous les mails.

Une personne qui souhaite rester anonyme, m’a contacté.

La question posée est intéressante et je pense que parmi vous, plusieurs personnes doivent se la poser.

 

dette

 

Dois-je me désendetter ou bien me constituer une épargne de précaution ?

 

La question est comme souvent claire, mais la réponse à apporter l’est beaucoup moins.

En effet, pour répondre à cette question il me faut plusieurs paramètres, j’ai donc posé quelques questions sur ses revenus et sur son patrimoine.

La réponse fut la suivante :

  • “j’ai 25 ans, et je travaille depuis a peu prés un an. j’ai acheté une voiture neuve à crédit (qui finira en septembre 2015) et pour laquelle je paie 320 euros de mensualité. Mon lieu de travail n’est pas très loin de là où j’habite et ma consommation en carburant n’est pas énorme (environ 40 euros par mois). J’ai souscris une assurance vie depuis 2 ans avec une mensualité de 20 euros par mois.
    Mes charges fixes 485 euros comprennent: internet + téléphone +assurance vie + syndic + loyer + eau + électricité.
    J’essaie chaque mois de mettre de l’argent de côté (entre 50 et 150 euros par mois) mais je les dépenses dans des voyages en été.
     
    J’ai pris conscience de l’importance d’avoir de l’argent de côté après la maladie d’une amie, et je suis consciente que mon train de vie jusqu’à présent n’est pas des plus sain. Le dilemme est comme expliqué dans mon premier mail, j’ignore si je dois commencer par constituer une épargne de précaution ou  par commencer à rembourser mes dettes, et dans tous les cas, quelle attitude adoptée.
     
    Je n’ai aucun souci à ce que vous rédigiez un article sur mon cas, je souhaite néanmoins rester anonyme.
     
    Je vous remercie beaucoup de vous être penché sur mon cas de pour votre générosité en termes de conseil.
     
    Au plaisir de vous lire”

La situation est déjà plus claire, à moi de faire une réponse simple et compréhensible, et surtout applicable.

Je note plusieurs points :

  1.  25 ans, c’est jeune, donc pas de problème, la démarche est bonne.
  2. D’un précédent message, je sais que son salaire est de 1350 € et qu’il y a trois crédits en cours (386 €) dont le plus important, celui de la voiture 320 €.
  3. Charges fixes : 485 € – 20 € (assurance-vie) = 365 €.
  4. Existence d’une assurance-vie avec 20 € x 24 mois = 480 € d’épargne.

Lors de mon premier contact, je pensais avoir une personne en grande difficulté financière, qui aurait souhaité savoir s’il fallait faire un rachat de crédit ou tout autre démarche pour sortir de cette situation, en fait il n’en ai rien.

 

Les crédits, un poids mort dans le budget :

 

C’est un conseil personnel qui je le souhaite, donnera des idées à ma lectrice en particulier, ou à d’autres lecteurs.

Avec un salaire de 1350 € et des charges fixes de 465 €, les charges représentes 34.5 % du salaire., nous sommes sur une base correcte, je pense qu’il est tout de même possible de réduire ce budget pour descendre à 33 %, voire moins, soit 20 € d’économie. (Assurer sa voiture, son logement moins cher et trouver à réduire si possible le budget téléphonie par exemple, il y a de nombreuses possibilités).

 

Les crédits :

 

Les crédits “à la consommation” sont des dépenses sous-estimés par la plupart d’entre nous, facile d’y souscrire, petites mensualités, c’est pourtant un poids mort dans la gestion du budget familial.

D’un point de vue strictement financier, il ne faut jamais acheter de voiture neuve. Ici le crédit pèse lourdement (320 €), je conseille maintenant de garder ce véhicule et de finir de le rembourser pour être sans crédit voiture dans deux ans. Il ne sera pas question de refaire un crédit pour une nouvelle sachant que le kilométrage de cette dernière ne sera pas élevé. Un véhicule de plus de 4 ans et souvent une bonne option. (La décote est beaucoup moins importante passé ce délai).

La meilleure solution, si cela est possible, c’est bel et bien de se passer de voiture. Je ne sais pas si c’est possible dans sa situation, mais ce serait un vrai plus pour son budget. Dans le cas présent, avec la décote annuelle, la voiture est probablement le premier poste budgétaire des dépenses, ce n’est pas logique.

Les deux autres crédits (66 €) doivent disparaître le plus rapidement possible et ne jamais revenir.

Le poids des crédits est ici énorme : 36 %, c’est beaucoup trop quand il s’agit de crédits à la consommation.

Les crédits à la consommation n’ont pas leur place dans un budget, il faut économiser pour se permettre de s’offrir ce dont on a besoin. Un crédit coûte cher, il faut toujours l’avoir à l’esprit.

 

Il reste donc pour vivre 1350 € – 465 € – 386 € = 499 €

 

499 € pour le reste à vivre :

 

L’assurance vie pourtant trop peut liquide (je préfère un Livret A ou un équivalent) peut servir d’épargne de précaution, nous avons actuellement 480 €, c’est bien, mais il faut doubler les versements soit 40 €, ce qui dans un an donnera à 3 % 941 €. C’est un bon début, sachant qu’il faudra un minimum de 3000 € d’épargne.

Nous sommes donc à 499 – 40 = 459 €.

Il faut déduire 100 € pour les vacances, aucune raison de se priver pour le moment, c’est important pour avoir une vie épanouie et sereine. (1200 € à l’année, c’est jouable).

Malgré tout, il est surement possible d’économiser sur cette partie ou du moins de pouvoir rajouter 100 € sur l’année pour continuer de constituer cette épargne de précaution.

459 – 100 = 359 €.

Cette somme doit être gérée au mieux pour manger, s’habiller, sortir et faire divers achats. Il est difficile dit toucher, mais toujours possible de faire des économies en faisant attention aux petites dépenses de 1 ou 2 € qui à la fin du mois peuvent représenter une belle somme (50 à 100 €).

Un autre exemple, il est parfois préférable de manger ses plats que de manger dans une cantine ou encore au restaurant.

 

En conclusion :

 

Ce n’est pas une tâche facile que de donner des conseils quand on a pas la personne en face de soi, à qui poser des questions. Je tente ici une approche, une philosophie de vie pour être je l’espère plus heureux avec une sécurité financière.

Il est primordial dans une logique patrimoniale de commencer à se constituer une épargne de précaution pour avoir les moyens de faire face à une dépense imprévue. Sans le poids du crédit voiture, nous nous apercevons que l’épargne de précaution pourrait-être constituée en moins d’un an. (12 X 300 € = 3600 €)

L’épargne de long terme qu’est l’assurance-vie est une excellente idée mais dans un premier temps l’épargne de précaution est encore plus importante.

Dans le cas présent il faut le faire par petits versements 40 € en ajoutant de temps à autre selon les économies réalisés 10, 20 € ou plus. Une fois la somme de 3000 ou 4000 € atteinte, ce qui sera beaucoup plus facile une fois le crédit de la voiture remboursé, il faudra penser à une épargne de long terme et à une autre pour le logement.

 

Exemple :

 

Épargne de précaution : entre 3000 et 4000 € toujours disponible.

Épargne long terme : atteindre 20 % de ses revenus (placements boursiers, immobilier), soit 270 € / mois.

 

Il y a dans la démarche de ma lectrice une prise de conscience qui arrive au bon moment dans sa vie.

Elle va pouvoir se rendre compte en revisitant sa manière de vivre, son budget qu’il est possible de vivre mieux et de manière plus sereine. Pas à pas, elle va pouvoir se construire un système financier adapté à ses revenus et à ses besoins, qu’elle pourra faire évoluer en fonction des changements qui interviendront dans sa vie. Une vie plus frugale permet de mieux vivre et de pouvoir financer les projets les plus importants de sa vie.

 

Quels sont vos conseils ? Comment bâtissez-vous votre épargne de précaution ? Que pensez-vous des crédits à la consommation ?

 

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on Facebook
Facebook
Print this page
Print
Email this to someone
email

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

6 réponses sur “Question de lecteur : Desendettement ou épargne de précaution”

  1. ” Le dilemme est comme expliqué dans mon premier mail, j’ignore si je dois commencer par constituer une épargne de précaution ou par commencer à rembourser mes dettes, et dans tous les cas, quelle attitude adoptée.”moi je dirais…les 2!!vendre la voiture,rembourser le credit et enfin avoir une vraie capacité d’épargne!éventuellement acheter une vielle voiture d’occaze,car la,il est clair que le budget auto est énorme en comparaison du salaire.dépenser près de 400euros chaque mois pour en gagner 1350…autant bosser a mi-temps!

  2. Bonjour,

    Ce crédit auto de 300€ par mois représente un peu plus de 20% du budget.
    Au terme de ce crédit, il faudra faire l’effort de mettre 20% dans le livret A.
    Ce n’est que dans 2 ans, qu’elle pourra envisager de faire une épargne de précaution.

    Ma réponse : pas de désendettement, pas d’épargne de précaution.

    Alexandre

  3. Salut Arnaud,

    Les grands esprits se rencontrent, un lecteur m’a posé une question sur ce sujet courant de semaine dernière et j’ai publié un article ce WE 😉

    Je préconise d’essayer dans la mesure du possible de rembourser cette dette et de se constituer un peu d’épargne de précaution.
    Car sans cette épargne au moindre coup dur ta lectrice n’aura pas de fond et devra prendre un crédit conso.

    Pendant quelques temps sa situation sera tendue mais ça ira vite mieux.

    A bientôt,
    Marc.
    Marc Articles récents..La bonne stratégie pour commencer à s’enrichirMy Profile

  4. La Pierre Angulaire d’une stratégie patrimoniale, c’est de commencer par une épargne de précaution.

    C’est la base qui permettra de constituer, en étant serein, un patrimoine. En cas de besoin, hausse de taxes par exemple, on peut compter sur son livret.

  5. Je pense que le mieux c’est effectivement de constituer une épargne. Je n’ai jamais été fasciné par le crédit et ses implications bien qu’il soit nécessaire dans certaines situations.

  6. Bonjour,

    Il y a manifestement consensus sur les options à pousser : constitution de l’épargne de précaution.

    Regrouper les crédits, si les taux obtenus sont intéressants (il y a certaines opérations promotionnelles de banque qui peuvent constituer une opportunité) : négociation du regroupement avec la même durée, et utilisation de la différence entre les mensualités avant regroupement et “après” pour une épargne de précaution (livret A – ou selon le niveau le nombre de part, votre lectrice doit être éligible au LEP qui lui rapportera 0,5% de plus).

    Au cas où il y a peu à gagner sur le regroupement, solder par anticipation (sous réserve des conditions) les petits crédits (en commençant par le plus gros des deux si possibles) – puis mobilisation de l’économie pour constitution de l’épargne de précaution.

    Selon son statut (CDI, CDD…), son âge et ses responsabilités (enfants à charge…), une épargne de précaution de 3 à 6 mois de revenu permet de parer à un imprévu. Sinon, en cas de coup dur, on est obligé de recourir à des solutions extrêmes et, en matière d’argent, elles sont rarement avantageuses.

    Bonne journée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.