Comment répartir son argent entre une assurance-vie, un Pea et ses livrets ?

Apprendre à bien répartir son argent : un réel objectif patrimonial.

C’est une question que je me suis posé au moment où j’ai décidé de placer, devrais-je dire d’investir, mon argent dans des placements financiers.

Quel montant mettre sur mon livret A ou sur mon livret de développement durable ? Quelle somme placer en Bourse au sein de mon Pea ? Quelle stratégie adopter dans un contrat d’assurance-vie ?

Je vous présente aujourd’hui le mail de Grégory qui souhaite savoir quoi faire de son épargne. Il a décidé de commencer à investir, mais il ne sait pas quelle répartition donner à ses futurs placements.

 

« Bonjour Arnaud,

Je me présente Gregory 35 ans célibataire.

*Mon patrimoine immobilier;
J’ai acheté un appartement pour 119000€ en 2006, crédit sur 25 ans taux de 3,7%.
Remboursement par mois 380€.

*Mon épargne:
3000€ en Assurance Vie/100% Fond Euros.
22000€ Livret A.
6000 Livret Développement Durable.

Salaire mensuel 1550€, et j’épargne 30% de mon salaire tous les mois.

J’aimerais investir en bourse , ouvrir un PEA et avoir ton avis sur la répartition en pourcentage % entre Epargne/Assurance Vie/PEA.

Comme tu peux le constater dans mon épargne la part est trop importante sur les livrets!
« Dégonfler » les livrets et investir plus en Assurance Vie et PEA.

Merçi et au plaisir de te lire.

Sincères Salutations.

Gregory. »

 

Je tiens à remercier Grégory et les lecteurs qui me contactent régulièrement pour me demander mon avis sur leur situation financière. C’est toujours un plaisir pour moi d’avoir votre confiance.

Je vais tenter d’apporter les réponses qu’il attend.

  • Une première partie sera consacrée à sa situation actuelle, « un petit bilan« .
  • Une deuxième traitera concrètement de la répartition à apporter à son épargne financière
  • Une troisième, orientera Grégory sur la manière dont il doit se former pour mieux comprendre le monde financier, pour l’aiguiller, je terminerai sur les produits financiers que j’utilise et qui me semblent de bonne qualité.

 

Que dire de la situation actuelle de Grégory ?

 

Pour envisager l’avenir, il faut regarder dans le passé et comprendre le présent.

D’un point de vue patrimonial et purement financier Grégory a remarquablement fait évoluer son patrimoine. Il y a une réelle cohérence. A 35 ans, c’est avec son parcours, tout naturel de se poser la question d’investir dans des supports plus « risqués ».

Un point qui aurait pu être négatif, c’est la durée du crédit immobilier sur 25 ans. Il y a 9 ans (en 2006), peut-être que la seule solution pour être propriétaire était un crédit d’une telle durée. Le risque aurait été de devoir vendre pendant les 7 à 8 premières années et perdre de l’argent, mais ce ne fut visiblement pas le cas. C’est donc une bonne opération, car non seulement il est propriétaire de son logement et pendant toutes ces années, il a pu se constituer une épargne de précaution conséquente, peut-être même trop importante, d’où ses interrogations.

Une petite parenthèse ici pour encourager les lecteurs du blog à dépenser moins que ce qu’il gagne et vivre un peu plus simplement. Car l’argent ainsi dégagé permet d’envisager l’avenir sous une autre forme et beaucoup plus sereinement. Je recommande souvent d’économiser 20 % de ses revenus, ici Grégory fait beaucoup plus fort (30 %).

 

Quelle répartition apporter à son épargne financière ?

 

Il est vrai qu’aujourd’hui, avoir 31 000 € d’épargne sur un livret A, sur un LDD et sur un fonds en euros d’assurance-vie n’est pas très utile. On peut évidemment mieux faire et espérer un rendement de l’épargne bien supérieur.

Nul doute qu’il faut conserver une épargne de précaution importante, généralement, on considère que 3 à 6 mois de salaire est une bonne chose. Concrètement, dans notre cas, avoir 6000 € d’argent disponible sur le LDD est suffisant.

Il reste donc 25 000 € à investir et à répartir dans les deux produits qui sont les plus judicieux quand l’on souhaite placer son argent sur le long terme, à savoir l’assurance-vie et le Pea. Ce sont deux produits adaptés au long terme et fiscalement intéressants.

L’assurance-vie et le PEA :  

 

Les 3000 € peuvent tout à fait rester sur le fonds en euros de son contrat. Il reste donc 22 000 € à répartir.

La répartition de cet argent peut se faire de la manière suivante et avec la méthode suivante :

je verrais bien une assurance-vie avec au total une somme de 11 000 € à mettre dans un premier temps sur le fonds en euros.

Cette somme sera ensuite investie progressivement, selon les risques que souhaite prendre Grégory, sur des unités de comptes qu’il aura pris le soin de choisir selon les risques, les zones géographiques ou les secteurs sur lesquels il souhaite investir. Personnellement, je suis aujourd’hui à 63 % sur des unités de compte et à 27 % sur mon fonds en euros. Pour en savoir un peu plus vous pouvez parcourir ma catégorie assurance-vie et ses articles.

Il reste donc 14 000 € qui trouveront leur place dans le cadre d’un Pea. Ils seront investis sur 6 à 10 valeurs.

Ces valeurs devront également être achetées progressivement pour lisser les risques et permettre à Grégory de savoir exactement ce qu’il veut faire en bourse et quelle stratégie il souhaite adopter.

Les 6 à 10 valeurs dans lesquels il va investir devront comporter autant de secteurs d’activité que de types d’actions. Bien sûr, il pourra pondérer ses investissements en fonction de ses préférences.

Cette fois, j’invite Grégory et les lecteurs à lire ma rubrique Bourse et ses articles.

 

Comment se former et quels sont les produits financiers que j’utilise ?

Pour se former, c’est simple, le plus économique est de lire, soit des sites, des blogs comme le mien où vous trouverez de vrais portefeuilles qui sont tenus par des particuliers investisseurs (par exemple, celui D’olivier de Plus Riche et Indépendant). Il est également intéressant de chercher à savoir ce que font les grands investisseurs en matière de choix et de priorités dans leurs investissements.

Ensuite, viendra la lecture de livres pour aller encore plus loin, les livres que je cite ici, je les ai tous lu et je les conseille les yeux fermés : Investir en bourse : styles gagnants, styles perdantsL’investisseur intelligent. Un livre de conseils pratiques et La Bourse pour les nuls.

Ce que j’utilise pour investir :

  1. Une assurance-vie multisupport chez Fortunéo.
  2. Un Pea chez un courtier en ligne .

 

J’espère avoir aiguillé Grégory sur la façon dont je vois la répartition possible de ses investissements.

Bien sûr, il en existe bien d’autres. Ce qui est important, c’est d’investir avec de l’argent dont on n’a pas besoin à cours ou moyen terme, de le faire en fonction de son aversion aux risques et surtout de comprendre dans quoi on investit.

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPrint this pageEmail this to someone

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

10 thoughts on “Comment répartir son argent entre une assurance-vie, un Pea et ses livrets ?”

  1. Bonjour !
    tu soulèves un point important, car ce n’est pas tant la montant du capital qui est important, mais surtout la diversification et le lissage du risque.
    Je suis sûr que s’il fait comme cela, Grégory n’aura aucun problème pour augmenter son patrimoine financier…

  2. Bonjour,

    Pour ma part, je pense qu’il est un peu précipité de conseiller de placer de telles sommes :
    – Sans savoir les projets de Stéphane : car l’épargne doit les servir et les choix de support doivent y être adaptés
    – Sans informer Stéphane que plus rendement signifie aussi plus de risques et que si sur le long terme, la bourse reste le meilleur placement. Il n’empêche que la Bourse grimpe depuis 2 ans sans discontinuer et que si la guerre éclate (ou tout autre évènement majeur), les pertes peuvent être conséquentes pour ceux ayant investit en 2014.

    Bref, je trouve qu’il est bien d’aider, mais qu’il est mieux d’informer. 🙂

    1. @ Sylvain

      Merci d’apporter des précisions.
      Ce que tu précises, c’est ce que j’ai voulu apporter dans mon post, à savoir, se former pour apprendre à un investir et trouver quelque chose qui puisse correspondre aux envies et à la personnalité de Grégory. Sa question était bien de répartir son argent entre une assurance-vie et un pea, ce que je trouve judicieux.
      Je lui donne simplement des pistes d’investissements « que je serais prêt à prendre dans sa situation ».
      Le plus urgent, c’est bien de lire et de se former avant de se lancer pour le faire en toute connaissance de cause.
      Concernant le Marché boursier, même si je commence à augmenter ma poche de liquidités, je suis actuellement incapable de donner une tendance au marché.
      Sommes-nous au plus haut ?
      Ce que je sais, c’est que si on prend le CAC 40 GR, on n’est pas loin des sommets de 2007. Comme toi, je deviens prudent sur la bourse, mais je reste présent. (Petite précision qui a son importance pour les lecteurs, j’investis sur le long terme et le revenu du dividende a pour moi son importance, il n’y a pas que la plus-value.)
      A bientôt,
      Arnaud

  3. Bonjour Arnaud,

    Je suis l’auteur de ce mail et je te remercie d’avoir consacré de ton temps a rédiger un plan d’investissement qui va beaucoup m’aidé a orienter mes finances de manières beaucoup plus éfficace.

    A bientôt.

    Gregory.

  4. Salut Arnaud,

    Avec les informations dont tu disposes, tes conseils semblent être les bons.

    Il serait intéressant quand même de connaitre les informations suivantes au sujet de Grégory afin de pousser l’étude plus loin et d’affiner les conseils:
    – le niveau de ses compétences en investissement (bourse, immobilier, etc.)
    – son temps disponible
    – ses projets / objectifs
    – sa tolérance au risque

    Ben
    Ben de Bourse Ensemble Articles récents..La solitude du trader et comment l’éviterMy Profile

    1. @ Bourillon

      Je ne cite pas les SCPI, je trouve que ce placement présente trop de risque aujourd’hui. (c’est très personnel, je préfère chercher à investir en direct).

      Cela ne faisait pas parti non plus de ces interrogations. Je n’ai donc pas abordé ce thème.
      Au plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge