30 000 € répartis entre liquidités, investissements financiers (bourse et assurance-vie) et immobilier de niche

Avoir 30 000 € à investir peut paraître beaucoup pour certains et ridicule pour d’autres. On s’en moque, ce qui compte, c’est d’avancer, de trouver des actifs à acheter et d’avoir les moyens de les financer. Pour cela, il y a la bourse, les assurances-vie et l’immobilier.

30 000 €, ce n’est qu’un début…

Depuis le jour où j’ai eu mon déclic et que je me suis dit qu’il était possible de gagner en indépendance financière, je n’ai eu de cesse de chercher et de comprendre comment faire fructifier mon capital et de partager avec vous mon expérience.

 

Je suis parti de zéro et aujourd’hui, trois ans et demi après, je me retrouve à la tête d’un capital financier et immobilier de plus de 30 000 €. Je n’intègre pas le fait que je suis propriétaire de ma résidence principale et que mes crédits se termineront dans quelques années. Je n’évoque pas non plus ici mon épargne de précaution.

Je ne parle que de mes investissements, que de mes achats « d’actifs ». Ma résidence principale n’est pas un actif.

 

Je vous dévoile les 4 étapes qui me permettent de me constituer un capital solide, capable de traverser les décennies de manière pérenne.

1 : Economiser 20 % de mes revenus (un minimum)

 

Je pars d’une idée simple : pour investir, pour développer des revenus alternatifs, il faut de l’argent.

Cet argent, a moins de toucher un héritage, il ne peut que venir de mes économies. Après plusieurs lectures sur les finances personnelles mais aussi sur le développement personnel, j’ai décidé d’économiser 20 % de mes revenus.

Pour y parvenir, je vis en dessous de mes moyens. J’ai également cherché à réduire au maximum mes charges fixes (assurances auto, assurance habitation, téléphonie mobile et internet). Tous les deux ans environ, je prends le temps de remettre en concurrence mes contrats.

En parallèle, j’ai augmenté mon budget lecture, c’est le moyen que j’ai trouvé pour me former, certes lentement, mais à mon rythme avec un budget raisonnable.

J’ai pu malgré tout, dans des conditions favorables suivre et tester trois formations vidéos par internet (une sur la bourse, une sur les finances personnelles (formation très intéressante mais tellement onéreuse que j’ai beaucoup de mal à vous la proposer et une sur l’investissement dans les parkings / garages, je connais personnellement Julien (le créateur de cette formation), il m’a demandé de la tester, ça à bien marché, car aujourd’hui je suis propriétaire d’un garage et je ne compte pas m’arrêter là.).

20 % de mes revenus représente au fil des mois, des années une somme non négligeable (faites vous même le calcul) qui aujourd’hui, à son tour génère des revenus. C’est ce que l’on appelle l’effet boule de neige. Cette épargne, est redirigée au choix, vers mon Pea, mon assurance-vie et enfin en liquidité pour me constituer un apport pour mes futurs investissements immobiliers.

 

2 : 10 000 € investis sur mon Pea

 

J’ai commencé par choisir mon courtier en ligne, pour cela, j’ai décortiqué les sites et la presse spécialisée. C’est un choix que je ne regrette pas. Il est important de ne pas se tromper. Quand on fait le choix d’investir, c’est sur du long terme, alors il ne s’agit pas de se tromper. J’ai un courtier en ligne qui ne rogne pas mon capital avec une multitude de frais plus ou moins cachés.

Au moment où j’écris ces lignes, j’ai plus de 11 000 € sur mon PEA (10 000 € investis en actions et 1 000 € de liquidités). J’ai également ouvert un compte-titre qui n’est pas encore alimenté. Je souhaite avec, à terme, investir sur le marché américain.

 

Mon choix s’est porté sur des valeurs distribuant pour la majorité d’entre elles un dividende croissant. J’ai trouvé cette stratégie adaptée à ma situation. J’investis sur le long terme et je ne souhaite pas passer mes journées devant un écran. Je sélectionne mes valeurs quand le cours me semble suffisamment bas et que le rendement du dividende devient correct pour le secteur et la valeur.

Il m’arrive en surveillant mon portefeuille de vendre des titres quand la progression de ce dernier est particulièrement bien marquée. (J’ai par exemple fait une plus-value de plus de 47 % sur Michelin en moins d’un an). Je rebalance ainsi mon portefeuille vers des valeurs qui ont moins bien réussies ou vers de nouvelles.

Je n’ai pas la prétention de savoir acheter au plus bas et encore moins de savoir revendre au plus haut.

Déontologie :

Mes actions sont, Air liquide, AXA, Danone, Sanofi, SIPH, Total, Technip, Vilmorin, Vinci,

 

3 : 10 000 € sur mon contrat d’assurance-vie

 

Au moment où j’écris ces lignes, mon assurance-vie capitalise plus de 10 000 € (27 % sur un fonds en euros et le reste sur des fonds actions).

Je l’alimente beaucoup moins pour le moment, je privilégie l’investissement en direct via mon PEA.

 

4 : L’investissement immobilier de niche (un garage)

 

j’estime le prix de mon garage net vendeur aujourd’hui à plus de 11 000 €. Ce prix correspond à mon achat, frais de Notaire inclus.

Cet investissement me permet de passer d’un patrimoine d’environ 20 000 € à un de plus de 30 000 €, et ce du jour au lendemain, grâce à l’effet de levier du crédit. Bien sûr, c’est un patrimoine brut, mais chaque mois sans rien faire de nouveau et sans faire d’effort d’épargne supplémentaire, mon patrimoine net grossira au fur et à mesure que je rembourserai mon crédit grâce au loyer que me versera mon locataire.

 

Si vous faites le calcul, mon capital est supérieur aux 30 000 € annoncés, il est effectivement plus près des 32 000 ou 33 000 €. J’ai arrondi cette somme, car en matière d’investissement, rien n’est figé, les cours de bourse peuvent baisser ou monter et l’immobilier peut faire de même, tant que le bien n’est pas vendu, il ne peut s’agir que d’une estimation.

Pour le moment, ce n’est pas le montant exact qui compte, c’est la démarche.

 

Dans un an, j’espère vous annoncer un capital plus proche de 40 000 €, voire 50 000 € ou bien plus encore si j’arrive à trouver des investissements intéressants où j’aurai encore l’occasion de me servir de l’effet de levier du crédit.

 

 

Et vous, vous faites quoi avec votre argent ? Il est temps de passer à l’action et de faire fructifier votre capital. Ne soyez pas frileux, l’aventure en vaut la peine.

On ne construit pas un patrimoine en une journée, mais en travaillant parfois dur pour trouver les bonnes stratégies à mettre en place.

Au final, sur le long terme, y-a-t-il réellement un risque à investir ? Le seul risque que je vois, même s’il est parfois possible de perdre de l’argent, c’est au contraire d’avoir un patrimoine de plus en plus important.

Je profite de cet article pour remercier les personnes qui me contactent par mail pour m’encourager dans ma démarche, de voir plus loin et de continuer à agir. Je pense à Julien, à Ludovic ou encore récemment à Audrey… ce sont tous des investisseurs qui réussissent.

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on Facebook
Facebook
Print this page
Print
Email this to someone
email

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

15 réponses sur “30 000 € répartis entre liquidités, investissements financiers (bourse et assurance-vie) et immobilier de niche”

  1. Déjà bravo de réussir à économiser 20%, j’en suis à 15% et c’est déjà un taux que je considère comme bon alors 20% …

    Je vois que tu envisage encore d’acheter des parkings à l’avenir, franchement, c’est une excellente niche, que j’exploiterais également dès que j’en aurais les moyens. Mais dur dur de dénicher la (très) bonne affaire.

    Bon courage dans ta démarche !

    1. @ Guilhem

      Merci, mais ce pourcentage est à mettre en parenthèse, plus on a de revenus, plus il est simple de placer son argent. 15 % dans ta situation semble déjà être une belle performance.

      Les parkings et les garages sont des achats intéressants, mais il est très difficile de trouver de belles opportunités.

  2. Beau travail, par contre je ne suis pas en accord avec l’affirmation que la residence principale n’est pas un actif, au risque de faire hurler les fans de kiyosaki, seban et consorts, elle EST un actif, et meme sans doute ton principal actif pour encore un moment!

    1. @ Yoshi

      Merci Yoshi, c’est encourageant…

      Je ne considère pas ma résidence principale comme un actif car elle me coûte de l’argent. Par contre, j’apprécie d’avoir investi dans ma maison, c’est dans la constitution de mon patrimoine un pilier essentiel.

  3. Elle te coute de l’argent…comme tous tes investissements! Tu mets régulièrement de l’argent dans tes assurances vie et PEA, de meme, ton parking ne rapporte rien…pour le moment!
    Ta residence principale à bien une valeur comptable, et une valeur d’usage (car oui, se loger coute de l’argent! Tu n’encaisse peut-etre pas un loyer, mais le loyer que tu debourses tous les mois sert à financer un bien immobilier)
    un jour, tes differents actis, aujourd’hui en phase de “capitalisation”, passeront en phase “distribution”:
    les actifs financiers et biens immobiliers locatifs distribueront des revenus, et la RP distribuera…l’absence de loyers à payer!
    D’ailleurs rien ne t’empechera de la revendre pour placer le produit de la vente dans un autre actif eventuellement plus productif! Mais il faudra prendre en compte le cout du relogement…

  4. bonjour à tous,

    bravo, voici quelques remarques de ma modeste contribution :

    – taux d’épargne : je suppose que tu parles de 20% de tes revenus pour investir dans des actifs rentables (qui ne produisent pas de charges, donc hors résidence principale). C’est énorme surtout que toutes les statistiques françaises de taux d’épargne (environ 15% pour les Français) incluent majoritairement le capital remboursé pour sa résidence principale, sinon on en serait loin pour info… Le saviez vous?

    – actif / pas actif : tout bien (résidence principale, terre, etc…) est un actif et a une valeur. Il peut produire une charge ou un revenu mais il reste un actif, qui peut être rentable même s’il produit une charge! Je rappelle que la définition de la rentabilité est la somme de la revalorisation de la valeur de l’actif à laquelle on ajoute la rentabilité par loyer ou dividende ou fermage.
    ex : les ultra riches achètent des propriétés sur long Island qui produisent des charges mais qui se sont fortement revalorisées…et ce sont les choix des plus riches.
    ex 2 : il y a 30 ans les scpi apparaissaient déjà plus rentables que l’immobillier parisien. Pourtant elle se sont valorisées 3 fois moins vite (pas une valeur exacte mais une tendance) que l’immobillier parisien pour 2 raisons principale : les loyers ont augmenté bien plus vite dans l’habitation que dans les loyers de bureaux (je ne sais pas pourquoi hors spécuation), et la rentabilité apparente a diminué. Aujourd’hui les scpi apparaissent toujours aussi rentables et pourtant il n’est pas du tout certain qu’à horizon 30 ans elles se valorisent aussi bien que l’immobillier d’habitation aussi bizarre que cela puisse paraitre
    ex 3 : imagine quelqu’un qui achète un terrain en floride en 2011 / 2012 à des prix 4 fois moins cher qu’en 2006 soit post bulle, il a pris 20% à 30% l’année 2013, pourtant il ne rapport rien (au sens loyer) et coute une property tax chaque année. Il se peut que cet actif est été un bon choix à postériori dans quelques années à la revente en terme de rentabilité globale.

    Donc attention aux conclusions universelles. De la même manière, si tu achètes de l’immobilier qui rapporte, que tu es fortement imposé, que le prix baisse la rentabilité globale peut être négative et donc une perte. Voilà une transition sur le troisième point.

    – mon dernier point : que ce soit sur ton blog ou sur d’autres on ne parle pas assez de fiscalité. Quelqu’un qui est imposé à 41% + scg crds dont 56.5% sur de l’immobillier en France, c’est difficile de trouver de la rentabilité nette d’impot. Par contre si cette personne achète de la nue propriété avec zéro pourcent d’impot sur la décote…c’est aussi intéressant à 4% de décote que s’il avait trouvé un actif à 9 % de rentabilité brute intrinsèque hors charge mais avant impôts.

    La conclusion est qu’il faut toujours intégrer la fiscalité dans toute approche d’une part et qu’un bien rentable pour Paul peut être une mauvaise idée pour Jacques (fusse t il un garage avec une rentabilité apparente correcte) et inversement.

    Amicalement,

    JF

    1. @ JM

      Un commentaire que j’adore et qui apporte de la valeur.

      Concernant le premier point, quand je parle d’économiser 20 % de mon salaire, c’est sans inclure le remboursement de mon crédit immobilier et c’est avant impôts. En incluant mon crédit, mon épargne serait de l’ordre de 45 ou 50 %.
      Concernant les statistiques je m’étais toujours posé la question de savoir si dans ces 15 % ils incluaient les crédits immobiliers, j’ai maintenant ma réponse.

      Comme Yoshi, tu considères la résidence principale comme un actif. Personnellement, je pense que c’est psychologique, mais pour moi la résidence principale est un cas à part. Elle rentre bien sûr dans mon patrimoine, mais pas dans mon projet d’achat d’actifs pour dégager des revenus alternatifs.

      Concernant la fiscalité, je te rejoins, très peu de blogs en parlent. Cependant, avant d’en parler, il faut maîtriser le sujet à 100 % et chaque cas est différent. Comme tu le soulignes, tu n’auras pas la même approche entre une personne qui se trouve dans une tranche à 14 % et une qui se trouve dans celle à 41 %.

      Aujourd’hui, même si j’essaie d’optimiser ma fiscalité avec les bons outils (Pea, assurance-vie), mes investissements se font et sont rentables car je suis dans la tranche marginale de 14 % et ils seront encore intéressant dans la tranche supérieure. Au delà, il faudra surement revoir ma stratégie.

      Merci pour ce commentaire,

      A bientôt


      1. Comme Yoshi, tu considères la résidence principale comme un actif. Personnellement, je pense que c’est psychologique, mais pour moi la résidence principale est un cas à part

        Il n’y a pas à considérer ou à ne pas considérer. Actif dans cette acception est une notion économique qui a donc une définition. L’erreur que font les ouvrages sur les finances personnelles c’est de considérer qu’un actif doit produire un revenu. Or c’est stupide car les sociétés dont tu as acheté des actions peuvent ne pas verser de dividende. Est-ce que tu vas considérer que ce ne sont plus actifs (non ce sera toujours des actifs mais des actifs dont tu voudras sans doute te débarrasser). Si tu avais commencé à investir en bourse en 2000 pendant le plus haut de la bulle des valeurs technologiques tu résonnerais sans doute différemment. Surtout que la bourse permet peu d’exploiter un effet de levier tu es donc toujours avec un cashflow négatif puisque tu n’as pas encore dépassé les 100 % de rendement (en ayant “acheté” le cac40 le 4/9/2000 à 6 944,77 points à ton avis dans combien de temps aura-t-on atteint le retour sur investissement ?)
        De même si (je serai même tenté de dire quand) ton garage sera en période de vacance locative il te coûtera de l’argent est-ce que tu vas dire que t’as acheté un passif.
        La définition réelle c’est pas de produire un revenu mais espérer un avantage économique futur. Comme en France on aime légiférer c’est de plus une définition légale tu es donc hors la loi en utilisant une autre définition. Bien sûr aucune sanction pour toi mais imagines que tu sois une entreprise ta RP (tes locaux) devront obligatoirement être inscrits à l’actif quand bien même il te coûteraient de l’argent.
        Tu es parfaitement en droit d’attendre un avantage économique futur de ta RP car à défaut de RP tu payerais un loyer et à la fin de ton crédit tu seras logé quasi gratis (juste taxe foncière et réparations). C’est bel et bien un avantage à tel point que nos chers politiques envisagent régulièrement de mettre en place une imposition de ce “loyer fictif”
        Comme le dit JF il faut aussi prendre en considération la plus-value tu la prends bien en compte pour tes investissements en bourse et aussi pour ton garage (puisque tu dis qu’elle couvre déjà les frais de notaire). Bien sûr tant que tu ne la vends pas ça n’a que peu d’importance mais quand je suis venu en Guadeloupe la vente de ma RP m’a procuré en plus value nette (pas d’imposition pour PV de RP alors qu’il faut compter jusqu’à plus d’un tiers pour ton garage) l’équivalent de plus de deux ans de mon salaire annuel si on ajoute à ce fait que je payais moins en mensualité que ce que je paye en loyer ici (et que je payais en région parisienne avant d’acquérir ma rp) c’est jusqu’ici l’actif qui m’a rapporté le plus j’ai donc beaucoup de mal quand je lis qu’une RP n’est pas un actif (en plus de ma formation économique et comptable)

        Pour en terminer avec l’avantage économique futur et faire le pont avec la remarque de JF concernant l’imposition. Les finances personnelles considèrent le revenu en graal alors qu’il est parfois plus judicieux de payer moins que tu gagner plus et de façon plus prononcée que ton TMI augmente mais même avec ton TMI de 14% avec les PS de 15,5 % (par simplification je ne tiens pas compte de la CSG déductible en N+1) si ton garage te rapporte 100 € de bénéfice net tu n’aura que 70 euros 50 de plus à épargner si tu économise 100 € tu auras 100 € de plus ce qui signifie que quand ta RP te permettra d’économiser 100 € sur ton loyer tu seras plus riche qu’avec un bien locatif qui te rapporte 100 € de bénéfice avant impôt.
        En revanche là où je te rejoins c’est que peu de personnes considèrent l’achat d’une RP avec une vision économique (il y a trop d’affect dedans) et donc si on fait le bilan économique de la RP ce n’est peut être pas rentable. Mais cela sera la même chose si tu achetais des actions Vinci parce que t’aimes bien le nom et non pas après avoir étudié si c’est potentiellement un achat rentable et de même pour ton garage si tu l’achètes dans un endroit que tu aimes plutôt que dans un endroit où il y a de la demande locative…
        Didier Articles récents..Comment le Temple de Delphes va vous aider pour commencer à placer votre argentMy Profile

  5. Excellent post, JF!
    Effectivement, la fiscalité est un point important, meme si pour le moment, avec un faible TMI, et encore en phase de capitalisation, elle ne pose pas de problème, c’est quelque chose qu’il faudra prendre en compte.
    Le principal soucis sera avec l’immobilier, formidable moyen de constitution de patrimoine grâce à l’effet de levier, en phase de rente la fiscalité est bien plus confiscatoire que sur les valeurs mobilieres, specialement si elles sont detenues en PEA, à voir à ce moment là si des arbitrages ne seraient pas à envisager…

    1. @ Pierre-Antoine

      C’est sympa de garder un oeil sur mes articles.
      Je te souhaite un bon voyage (que je crois être de fin d’étude).
      A bientôt

  6. Bonjour Arnaud!

    Ton plan est excellent. Ton taux d’épargne à 20% est exigeant mais j’imagine que comme moi tu as commencé à épargner sur le tard donc c’est le prix à payer pout t’assurer une retraite confortable.

    Espérons que nos enfants profiteront de nos conseils pour se forger une meilleure éducation financière, c’est tellement plus facile lorsque l’on débute nos investissements à un jeune âge, souvent un taux d’épargne de 7 à 10% va être amplement suffisant pour un jeune dans la début vingtaine.

    Si tu désires ajouter un ou deux titres canadiens à ton portefeuille boursier, je t’invite à visiter mon blog et à consulter les quelques analyses qui y sont rédigées. j’en ajouterai régulièrement au rythme de une par semaine.

    Merci!

    Martin
    http://www.investir-a-la-bourse.com
    Martin Articles récents..Assumer le risque financier à court terme permet de toucher la récompense associée à l’investissement en bourse sur le long termeMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.