Mon Pea, une performance insatisfaisante ?

 

Six mois se sont écoulés depuis le début de l’année 2013. Pendant cette période, la bourse, plus précisément, le CAC 40 a joué avec nos nerfs. Après avoir dépassé les 4000 points, il est retombé sous les 3600 points, nous sommes revenus au cours de fin d’année 2012, que de volatilité.

Quel est mon bilan dans ce contexte, quelles sont mes performances ou au contraire mes contre-performances ?

J’ai besoin, à différentes étapes de l’année, de faire un bilan, le premier semestre de l’année est idéal pour cela.

 

Historique de mon Pea :

 

J’ai ouvert mon Pea en décembre 2011, il y a donc un an et demi. Je n’avais pas de capital à investir. Mon défi est de me constituer un patrimoine financier, via mon Pea et mon assurance-vie pour m’enrichir et développer des revenus alternatifs.

Je gagne environ 2300 à 2400 € par mois, mon objectif est de placer et d’investir 20 % de mes revenus, soit environ 460 €. Je vous encourage vivement à faire de même.

C’est maintenant, avec de la discipline et une maîtrise accrue de mes dépenses, un objectif que j’atteins depuis peu.

Depuis décembre 2011, grâce à mes économies, j’ai pu verser 6703.20 € sur mon Pea, le reste est investi sur mon assurance-vie.

 

Quelles sont mes performances :

 

Pour être transparent, un extrait de mon portefeuille en date du 30 Juin 2013.

 

mon Pea au 30 juin 2013
mon Pea au 30 juin 2013

 

Le premier constat intéressant, c’est que je suis dans le positif, notamment grâce aux dividendes, de 533.83 € (7237.03 – 6703.20).

Soit en un an et demi un rendement de 7.96  % si on prend, comme capital de départ les 6703.20 €. C’est bien mieux que le Livret A.

Pour rappel, cette somme est le fruit d’une épargne régulière de 18 mois et non pas un investissement en une seule fois au moment de l’ouverture du contrat. Ce qui vous l’avez compris, fausse les calculs. Le rendement aurait été bien plus important.

 

Mon but : créer des revenus alternatifs, pas de faire mieux ou moins bien que le CAC 40

 

C’est évident, si je pouvais surperformer le CAC 40, j’en serais très heureux, mais le but n’est pas celui là.

Je l’ai expliqué dans cet article : Ma stratégie boursière.

Mon objectif en bourse est de chercher des actions avec des dividendes réguliers et de préférence croissants, pour me créer des revenus passifs, non pas de spéculer pour enrichir mon courtier.

Voici un petit tableau qui présente mes dividendes depuis le début de l’année avec une prévision jusqu’en décembre 2013. Pour comparer, vous trouverez dans cet article le bilan de mon Pea pour l’année 2012 : PEA : bilan 2012 et perspectives 2013, quel rendement ?

 

Dividendes 1er semestre 2013
Dividendes 1er semestre 2013

 

Si je m’arrêtais aujourd’hui d’investir en bourse, je devrais toucher à vie environ 352 € de plus par an sans rien faire. Ce sera même plus si j’y intègre les dividendes de Bonduelle (distribution en janvier) et les actions gratuites d’Air Liquide.

Bien sûr, ce montant est variable à la hausse comme à la baisse, mais mon but est bien supérieur.

 

Que déduire de mes investissements ?

 

Pour un début, ces résultats me conviennent parfaitement, j’arrive à économiser et à investir régulièrement, je suis très peu sensible à la baisse de mes actions, un peu moins à la hausse, je dois l’avouer. Il n’est pas évident de se décider à vendre.

Cependant, ma stratégie est basée sur la perception des dividendes. Je ne cherche pas à spéculer.

L’erreur que j’ai pu commettre, c’est de ne pas assez regarder l’évolution des dividendes dans le temps. Par exemple, Sanofi, Danone, revalorisent tous les ans leurs dividendes, c’est une piste que je me dois d’étudier un peu plus.

 

Un bilan plutôt mitigé.

 

Je suis satisfait de voir que mois après mois, le revenu de mes dividendes augmente, c’est mon premier objectif.

Il faut maintenant que j’aille plus loin et que je fasse mieux.

Je dois équilibrer mes lignes pour pouvoir alléger ou renforcer mes positions le moment venu, et savoir réaliser des plus-values pour profiter de la volatilité.

Pour l’instant, les montants investis sont trop faibles pour me permettre cette gymnastique.

Ma réflexion se porte également sur le maintien ou pas de GDF Suez dans mon portefeuille. Le dividende finira par baisser, et le cours de bourse remontera-t-il, rien est moins sûr.

 

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPrint this pageEmail this to someone

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

10 thoughts on “Mon Pea, une performance insatisfaisante ?”

  1. Bonjour !

    Il est difficile de faire bien avec les actions françaises. Elles bougent peu. Avec le capital que vous avez je vous conseille de faire des aller-retour en swing trading sur différentes valeurs pour faire travailler ce capital.

    Mais il vous faut une vraie stratégie de swing trading et de gestion du risque.

    Connaissez-vous l’analyse technique ?

  2. Salut Arnaud,

    Ta stratégie comme tu l’expliques est de te constituer des revenus passifs avec des actions de rendement. Commencer à faire du swing trading est une stratégie d’investissement totalement différente. Fais attention.

    De mon coté, je ne suis pas fan des actions à forts dividendes et du « buy and hold », et préfère investir dans des actions de croissance où le potentiel de gain est bien plus élevé, mais il faut savoir rapidement couper ses pertes.

    Ben

  3. @ Michel et Ben

    Bonjour à vous,

    Pour tenter de répondre à vos commentaires, je tiens à vous dire que ma stratégie évolue lentement au fil de mes lectures et de mes interrogations.
    Je m’oriente de moins en moins vers des actions aux dividendes élevées. Je me dirige de plus en plus vers de la croissance, mais toujours avec des sociétés qui servent un dividende.
    Danone et l’Oréal pourraient convenir à ma stratégie.

    Quand mon portefeuille sera plus étoffé (en valeur et non en nombre d’actions), je pense alléger certaines de mes positions pour prendre mes plus-values et attendre une opportunité pour revenir à l’achat. La volatilité est importante depuis plusieurs années, je vais tenter d’en profiter.

    @ Michel

    L’analyse technique m’aide uniquement pour me positionner sur certains titres pour ne pas les payer trop chers. Mais connaissances dans ce domaine sont encore très limitées.

    Merci à vous,

    A bientôt,

    Arnaud

    1. @Arnaud : il faut bien commencer ! 🙂

      L’AT te permet de rentrer à pas trop cher, mais elle peut aussi trouver les actions intéressantes à suivre (celles qui montent).
      Mais tu peux aussi faire du « scalping » ou du swing trading (selon comme on voit la chose). Cela peut-être très intéressant.

      Le conseil que je peux te donner c’est : bouffe des graphiques, sois curieux et essaie plein de choses.

  4. Salut Arnaud,
    je ne rentrerai pas dans le débat analyse technique vs analyse fondamentale. Par contre, je dois souligner que ton effort d’épargne est super!!! Un 20% mis de côté est une des clé de la richesse. Oui, le rendement compte, mais l’épargne aide.

    Aussi, juste une autre « méthode » comme ça, on pense souvent aux dividendes pour avoir un rendement passif annuel. Je le fais moi aussi d’ailleurs. Par contre, faire des gains en capitaux à chaque année est également une forme de revenu passif. Donc, croissance ou pas, tu n’es pas obligé d’avoir uniquement des dividendes.
    Mathieu de Comprendrevosfinances Articles récents..Payer ses dettes, un objectif louableMy Profile

  5. Bonjour Arnaud,

    Comme Ben, je ne suis pas fan des approches « buy and hold » (j’avais publié un billet en avril pour expliquer pourquoi je pensais qu’il n’y avait plus de « placement de père de famille ».

    Mais je ne pense pas qu’il soit pertinent de changer de stratégie du tout au tout. Un peu plus d’analyse technique pour affiner tes achats et tes ventes avec des indicateurs adaptés (style Weinstein) pour couper les pertes et laisser courir les gains.

    Rationnellement, on préfère que le titre progresse de 20% avec 2% de dividendes plutôt qu’un dividende de 8% et une action qui baisse de 5%… Mais les performances passées ne présageant pas de l’évolution future (comme disent les brochures), partir d’actions à fort dividende doit correspondre à quelque chose qui te parle.

    J’espère que tu as profité du rebond du début du mois de juillet 😉

    Bonne journée,

    Cyril

    1. @ Cyril

      Je ne partage pas ton avis sur l’approche « buy and hold » où sur le fait qu’il n’y ai plus de valeurs de « père de famille ».
      Acheter sur le long terme, c’est accompagner la croissance de l’entreprise à l’inverse de spéculer. Des actions aux dividendes croissants peuvent-être très intéressantes à jouer sur le long terme et à garder en fond de portefeuille (Total, Danone, l’oréal et sanofi). Les performances ne seront pas extraordinaire les premières années, mais dans 10 ans, les résultats peuvent-être sympas.

      1. Bonjour Arnaud,

        l’approche Buy and Hold est la plupart du temps, sur les valeurs de croissance bien supérieure à du swing trading.
        Ce n’est plus vrai sur des valeurs médiocres.

        Je crois que la meilleure approche est d’acheter ce qui monte.

        Mais je ne suis pas totalement d’accord ave ce que tu dis sur les valeurs au dividende croissant.

        Si le dividende augmente parce que la valeur du titre monte (valeurs de croissance), même si le rendement reste de 1%, si la valeur du titre augmente, mécaniquement la valeur absolue du dividende grimpe.
        C’est la technique de Warren Buffett.

        Par contre, si la société verse un fort pourcentage de dividendes c’est un peu louche (à part si c’est dans les statuts, comme pour les SIIC).
        C’est leur façon d’attirer les investisseurs. Cela ne démontre pas un esprit conquérant, le seul qui peut garantir à l’investisseur à long terme un gain réel.

        Exemple : Orange. 10% de dividende, mais une perte constante en capital.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge