"Je suis Arnaud, auteur de ce blog. En 2010, j'ai eu un déclic, j'ai compris qu'il était possible de développer des revenus alternatifs à mon salaire avec la bourse, l'immobilier et le "blogging". Je partage, avec vous, mon expérience avec le maximum de transparence. Au fait, ici, pas de formule magique pour un enrichissement rapide. Au plaisir, Arnaud"

Comment j’ai accumulé 50 000 € en bourse en partant de zéro ?

50 000 € en bourse, je ne sais pas pour vous, mais pour moi c’est une somme !!! Cependant, ce n’est absolument pas une fin en soi d’avoir ce capital. Ça doit servir un but, un projet. Le mien est clair, c’est de pouvoir développer des revenus alternatifs à mon simple salaire. Aujourd’hui, je ne souhaite absolument pas me contenter de cette somme. Je travaille dur afin de faire progresser ce capital.

Petit retour en arrière, avant de vous décortiquer le fait d’être passé de 0 € à 50 000 € en investissant en bourse. Je suis parti de zéro, je n’ai eu ni prime, ni héritage. Pas de sommes d’argent tombant du ciel à investir non plus.

J’ai construit, étape par étape, ce projet, avec la ferme conviction qu’il était possible de gagner en indépendance grâce à la bourse.

Avec cette expérience qu’est la mienne, vous allez avoir un exemple concret de ce qu’il est possible de réaliser, puisque, c’est la manière que j’ai utilisée pour obtenir ce capital. C’est vrai qu’il m’a fallu un peu de temps (plus où moins 10 ans). Mais aujourd’hui, les 50 000 € sont bien réels, et demain, je passerai à 100 000 € en bien moins de temps… Et après demain à 200 000 €…

50 000 €, et je ne parle que de mon PEA !

Précisons que ces 50 000 € concernent uniquement le capital que j’ai sur mon Plan d’Epargne en Action (PEA). En parallèle, mais je ne développerais pas le sujet dans cet article. C’est en fait bien plus d’argent que j’ai accumulé sur cette période. Si j’y ajoute mon compte-titre, le début d’investissements dans les cryptomonnaies, mes assurances-vie et mes investissements immobiliers dans un secteur de niche : les garages.

Concernant les garages, je remercie Julien Bédouet du blog parking garage, son livre dont vous trouverez le lien ici, pour ceux que ça intéresse, m’a particulièrement aidé.

Je vous invite à lire les étapes qui me mènent vers plus d’indépendance financière. Décortiquons ensemble comment j’ai procédé pour accumuler 50 000 € en bourse sur mon PEA.

Changer son état d’esprit !

Tout commence en 2010, où je prends pleinement conscience de l’importance de se développer une autre source de revenus. Pour ce faire, je comprends qu’il va falloir changer d’état d’esprit.

Au commencement, comme beaucoup de personnes, peut-être comme vous aujourd’hui, je ne savais pas quoi faire. Je me doutais bien qu’il était possible de faire mieux, de s’enrichir, mais je me disais que ce n’était pas pour moi, que c’était même impossible.

Pourquoi je pensais comme ça ? Probablement mon éducation, puis certainement l’éducation financière que l’on ne reçoit jamais. Cela ne nous aide pas à nous projeter dans l’avenir.

L’une des choses les plus urgente à mettre en place avant d’investir en bourse, était bien de changer d’état d’esprit.

En résumé, j’ai évolué.

Je me suis dit, que moi aussi je pouvais mener un projet à bien. Que j’en était capable. Si certaines personnes y arrivaient, je pouvais réussir. Après tout, il suffit de croire en soi.

Comment cela se manifeste-t-il concrètement ? J’ai pris de nouvelles habitudes :

  • J’ai commencé à rationaliser mes dépenses. Vous savez toutes ces dépenses futiles qui nous appauvrissent (je vous laisse découvrir les vôtres).
  • J’ai ensuite établi un budget où j’ai répertorié toutes mes dépenses. Grâce à cela, il est facile de voir ce qui ne m’était pas si essentiel que ça. De voir ce qui me coûtait trop cher pour le service rendu. C’est ici que l’on change de contrats d’assurances, de banques…
  • J’ai économisé, beaucoup économisé, sans jamais me priver. En 2018, nous avons pu faire un voyage en Amérique latine pendant 7 semaines en famille. Ce projet nous tenait à coeur.
  • J’ai au final, investi et encore investi. C’est mon argent qui travaille un peu pour moi maintenant.

Se former, est l’étape suivante.

Vous avez changé votre état d’esprit, c’est bien, vos habitudes, c’est encore mieux. Ensuite, il faut se lancer, mais pas n’importe comment. Pour se lancer avec un minimum de sécurité, dans le monde de la finance si c’est votre but, ou dans celui de l’immobilier voire de l’entreprenariat, il n’y a qu’une solution : se former.

Et pour se faire, la formation est indispensable. Que ce soit professionnellement ou dans le domaine des finances personnelles. Si l’on ne veut pas se « planter » il est essentiel de comprendre ce que l’on fait.

Quel pied on prend à se former, à enfin comprendre un peu plus chaque jour le monde qui nous entoure. Cela nous permet de nous lancer dans des projets en sachant où l’on va. De savoir quel risque on prend et sur quelle durée on est prêt à prendre ce « risque ».

Je vous glisse la liste de l’ensemble des livres que j’ai lu, n’hésitez pas à vous les procurer, c’est certainement le meilleur investissement que j’ai fait : Ma sélection de livres.

Se lancer : l’ultime étape, celle de toutes les satisfactions.

Vous en êtes au stade où vous avez changé, vous êtes formés et mieux armés. Le plus dur reste à faire, car la peur vous retient, mais il est temps de se lancer, de sauter dans le grand bain, de poser se premier pas vers un avenir plus riche, financièrement bien sûr, mais intellectuellement sûrement et surtout vers plus d’épanouissement. Se rendre compte que l’on est capable de maîtriser ses dépenses, ses choix et une multitude d’autres choses. Derrière ces étapes, de nombreux changements s’opèrent, on gagne en confiance en soi et ça c’est top.

C’est maintenant l’étape de toutes les satisfactions, le chemin se construit vers le projet que vous vous êtes fixés. Mon projet : je vais vous le détailler ci-dessous. C’est le fait d’avoir pu construire un Plan d’Epargne en Action (PEA) qui capitalise aujourd’hui 50 000 €.

L’évolution de mon PEA depuis sa création fin 2011 / début 2012.

Toutes les étapes de la construction de ce PEA, vous pouvez les voir sur le blog dans la catégorie mon PEA, c’est transparent. J’ai fait des bilans années après années de l’évolution de mon portefeuille. C’est d’ailleurs de ces articles que je vais vous faire le bilan de ces dix années d’investissements.

Petite histoire d’un PEA qui a bien grossi et qui va continuer de croître !

Fin 2011, je me décide enfin à ouvrir un PEA chez Binck. Aujourd’hui, Binck est passé sous le joug de SAXO Banque.

A l’époque, j’ai déposé 800 €, fermement décidé à me lancer en bourse avec cette fois une vraie stratégie. Je m’étais fais rincer en 2000 lors de la bulle internet. C’était décidé, j’allais investir pour le long terme… Nous voilà 10 ans plus tard, avec un capital de plus de 50 000 € en bourse, sur mon PEA. Capital, certe « fragile », car je suis investi à 100 % en actions, dans une économie financière qui n’a rien de rassurante. Une dette colossale est au dessus de nos têtes. Cependant, je suis de nature optimiste. Je crois en la capacité de l’être humain à régler ses problèmes et à trouver des solutions.

L’évolution de mon PEA en quelques chiffres.

  • Fin 2011, mon PEA vaut 800 €. C’est mon épargne.
  • Fin 2012, mon PEA vaut 4677 €, mon effort d’épargne, lui, s’élève en comptant les 800 € de départ, à 4386,92 €. J’ai touché sur cette période 163 € de dividendes.
  • Fin 2013, mon PEA s »élève à 10696,07 €, j’ai touché 312,62 € de dividendes.
  • Mon PEA, fin 2014, s’élève à 12416,72 €, j’ai touché 518,66 € de dividendes.
  • Fin 2015, mon PEA s’élève à 16705,75 €, j’ai touché 578,67 € de dividendes.
  • Mon PEA, fin 2016 s’élève à 19274,50 €, j’ai touché 499,48 € de dividendes.
  • Fin 2017, mon PEA s’élève à 24879,59 €, j’ai touché 545,91 € de dividendes.
  • Mon PEA, fin 2018, s’élève à 25738,72 €, j’ai touché 749,5 € de dividendes.
  • Fin 2019, mon PEA s’élève à 37037,79 €, j’ai touché 967,66 € de dividendes.
  • Mon PEA, fin 2020, s’élève à 37675,57 €, j’ai touché 1080,54 € de dividendes.

Au mois de novembre 2021, soit dix ans après avoir investi mes premiers euros en bourse, mon portefeuille totalise la somme de 50 506,68 €. En 10 ans, le total de mon épargne cumulée, est de 29 212,20 €. Ce qui correspond à l’équivalent de 240 € d’économies par mois sur la période. Rien d’inaccessible, n’est-ce pas !

PEA au 10 novembre 2021

Je me retrouve avec plus de 21 000 € d’argent produit par mes investissements soit, l’équivalent de 175 € / mois depuis fin 2011. Bientôt, à ce rythme là, le rendement de mon épargne pourra potentiellement être supérieur à mon épargne mensuelle. C’est magique.

Fin 2021, j’aurai touché plus de 1500 € de dividendes, plus d’un SMIC. Précisons, que pour l’instant, mes dividendes sont réinvestis chaque année.

La bourse a été pour moi sur cette période très profitable. Non seulement, j’ai conservé mon capital, mais j’ai une plus-value fictive (tant que je n’ai pas tout vendu) de 21 000 €. Si demain, je décidais de m’arrêter là, je peux considérer que sans toucher à mon capital, j’aurai tous les ans l’équivalent d’un SMIC.

Mon horizon de placement avant de profiter du fruit de mes investissements est encore d’au moins 15 ans, j’ai donc encore le temps de faire croître ce capital.

Et vous, où en êtes-vous dans vos placements, dans votre stratégie ? Je suis curieux. Avez-vous déjà mis en place votre plan d’investissement ? Quel est-il ?

Cet article vous a plu, partagez-le...
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
Linkedin
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email
Share on print
Print

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.