Les outils pour investir en bourse : l’assurance-vie (3/3)

L’assurance-vie est le placement préféré des Français.

Les rendements sont de plus en plus bas, les gens s’y intéressent un peu moins, mais cet outil reste indispensable dans la gestion d’un patrimoine ou dans la constitution d’un capital : objectif long terme.

80 % des personnes investissent sur les fonds en Euro (placement sans risque), il existe pourtant des fonds actions performants, à étudier….

 

Cet article fait suite à ma série sur “débuter en bourse“, ” Ma stratégie boursière“, “Mes outils pour investir en bourse : le compte titre” et “le PEA

assurance-vie

L’assurance-vie est un outil aux multiples avantages, même si l’Etat modifie à l’occasion les règles. L’assurance-vie reste un paradis fiscal. Elle est souple, elle permet de se constituer un capital (progressivement), une rente ou tout simplement être un outil pour transmettre son patrimoine dans de bonnes conditions à un bénéficiaire désigné dans le contrat.

 

 Où souscrire un contrat ?

On peut souscrire un contrat auprès d’un assureur, d’une banque ou d’une association d’épargnants. Actuellement, les meilleurs contrats sont sur le net. Voir mon article sur les assurances-vie en ligne.

Il existe deux types de contrats.

  • Le contrat Monosupport, l’argent est investi dans des obligations du secteur privé et public. Il est sans risque, et les intérêts sont définitivement acquis.
  •  Le contrat Multisupport, on y retrouve un fond en euro (sans risque), et des fonds plus spéculatifs (FCP, SICAV). On peut vous proposer selon les contrats une gestion pilotée. On gère à votre place selon les risques que vous êtes prêt à prendre.

Je vous conseille le contrat multisupport car sur ce type de contrat on peut investir à 100 % de manière sécurisée. Si vous changez d’avis, il est toujours possible de prendre des fonds actions.

Avec ce système, on peut acheter des parts de fonds. En investissant 50 € sur un fond dont la part coûte 500 €, on y détiendra alors 10 % de la part. Ce qui est impossible avec les actions.



Les frais liés à l’assurance-vie.

Et oui, il faut bien que les assureurs se rémunèrent, seulement, ils ne doivent pas être trop gourmands. Les contrats sur le net restent parmi les moins chers du marché.

  • Les frais de versements : de 0 à 5 % (sur le net, c’est souvent 0 %). Avec des frais à 3 %, quand vous virez 100 €, on vous en prend 3 €, vous placez en fait 97 €. Sur mon contrat Fortuneo , je n’ai pas de frais, 100 € versés c’est 100 € investis.
  • Les frais de gestion : sont calculés sur l’encours global de chaque fonds. Ils sont, bien sûr, différents selon les assureurs.

 

Les termes à connaître :

  • Les versements ou primes : c’est l’argent que vous placez sur votre contrat.
  • Le rachat : correspond à un retrait sur votre fond.
  • L’arbitrage : c’est l’action de pouvoir basculer d’un fond sur un autre. Préférez les contrats sans frais.
  • Le bénéficiaire : cette partie du contrat est très importante et doit être murement réfléchie. Les bénéficiaires sont à défaut le conjoint, puis les descendants (enfants). Ce sera très souvent le cas.

 

Mon expérience dans le domaine

 

L’assurance-vie multissuport est un moyen simple et progressif pour investir en bourse dans le monde entier.

J’ai ouvert mon premier contrat il y a 5 ans pour les études de mes enfants. Mon deuxième un peu après, pour ma retraite. J’ai commencé à diversifier sur des fonds actions fin 2010 pour du long terme (25 ans) en investissant le plus régulièrement possible.

Les intérêts sur les contrats sont réinvestis d’une année sur l’autre.

Je prends beaucoup de risques et investis dans les pays émergents. J’espère par ce biais, au bout de 25 ans obtenir de très bons résultats en arbitrant très peu.

Sur les trois contrats détenus dans mon foyer (Macif Livret-vie, Mascsf, fortuneo Symphonis-vie) celui que je vous recommande est celui de Fortunéo, bien meilleur marché et bien plus polyvalent. Il se gère uniquement sur internet, ce qui lui permet d’avoir des frais réduits, pas de frais sur versement, des frais de gestion limités (frais que l’on vous prélève en fin d’année) et des tarifs négociés pour les fonds actions, voire sans frais. L’offre de parrainage est intéressante et peut vous faire gagner quelques euros.

 

Possédez-vous une ou plusieurs Assurances-vie ? Quel est votre objectif ? Prenez-vous des risques ou pas du tout ? Pensez-vous que ce soit un moyen intéressant d’investir en bourse ? Dans le monde ?

Cet article vous a plu, partagez-le...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on Facebook
Facebook
Print this page
Print
Email this to someone
email

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cliquez ici pour voir l'ensemble des articles du blog.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

8 réponses sur “Les outils pour investir en bourse : l’assurance-vie (3/3)”

  1. j’utilise l’assurance-vie comme epargne moyen-long terme (epargne=pour moi,argent devant rester disponible pour d’eventuels projets futurs,a la difference de l’investissement=placement long terme illiquide a ne toucher sous aucun pretexte…),pour ca j’ai un simple contrat monosupport a faibles frais et aux performances plutot bonnes jusqu’a present(contrat MIF,dont l’avantage est de pouvoir faire des versements programmés très faibles..)
    j’ouvrirais certainement un contrat plus “patrimonial”,type multisupport d’ici quelques temps,mon choix n’est pas encore fait..

  2. @ Yoshi

    L’avantage d’un contrat d’assurance-vie multisupport type fortunéo, c’est que l’on peut investir progressivement sur plusieurs supports sans avoir une gestion trop active.

    La condition est de bien sélectionner ses fonds au départ.

  3. Les contrats d’assurance-vie en ligne sont globalement très intéressant au regard des frais retenus et des performances. Mais selon moi ils sont appropriés uniquement si :
    – l’argent est investi uniquement en fonds Euros
    – l’on a une bonne connaissance des unités de comptes
    Dans le cas d’une personne lambda qui ne connait rien en finance, ne s’y intéresse pas et qui souhaite diversifier un peu son assurance-vie afin d’aller chercher un meilleur rendement, mieux vaut consulter son assureur (qui reste le spécialiste) ou son banquier quitte à payer quelques frais (ça n’empêche pas de les négocier surtout si l’investissement est important). Il est alors préférable de payer quelques Euros pour un conseil avisé que d’en perdre beaucoup par méconnaissance.

    1. @ Fabien

      Actuellement les meilleurs contrats sont souvent sur le Web.

      Je ne partage pas ton avis pour une personne “Lambda” qui ne connaît rien en finance.
      A mes yeux, cette personne, si elle veut investir sur des supports actions, devra se former pour comprendre par où passe son argent et bien appréhender les risques qu’elle prend.
      Lire des revues, des blogs, des livres avant de se lancer est le meilleur conseil à lui donner.
      Se renseigner auprès de spécialistes, si le conseil est avisé, oui mais se faire sa propre opinion est extrêmement important.

      Surtout, il faut absolument comprendre ce dans quoi on décide d’investir.

      J’aime bien l’idée d’être indépendant et de choisir précisément mes investissements en connaissant mes limites, et les risques que je veux bien prendre.

  4. @ Arnaud
    En fait nous sommes tout à fait d’accord 😉
    Se former, se documenter, se renseigner, comprendre ce que l’on fait, connaître les risques est essentiel.
    Je crois d’ailleurs que si nous sommes ici à discuter c’est bien parce que nous partageons la même vision.
    Je voulais simplement dire que la majorité des épargnants sur des contrats d’assurance-vie (je dis cela par expérience professionnelle) ne contrôlerons d’eux même leur situation qu’une à deux fois par an. Selon cette observation il serait d’autant plus imprudent d’être en multi-support, à plus forte raison sur un contrat “internet” où personne ne vous alertera (je conviens que cela arrive également même lorsque l’on a un conseiller).

  5. moi,je pense que l’epargnant “lambda” doit plutot privilegier un contrat monosupport a faibles frais,car avec des contrats de banques ou d’assureurs a 4% de frais d’entree,pres de 1%/an de frais de gestion,un choix de sicav limité aux seuls produits “maison” eux meme gavés de frais…on subit la volatilité et le risque des marchés boursiers pour un espoir de gain bien faible,meme avec des conseils judicieux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.